Expo – « La lutte » de l’artiste Josué Comoe

Cela fait deux semaines que je voulais écrire sur cette exposition. Mais il était peut être un peu trop tôt…trop tôt…ce n’est pas vraiment pas dans l’ère du temps de le prendre justement, quand chacun écrit et publie instantanément tout ce qu’il vit. Ici, sur mon blog, mon espace, le vôtre aussi, on prend son temps.

Et j’ai aussi pris le temps dernièrement de renouer avec l’art sous toutes ses formes. Un besoin vital. Mais trêve de blabla, enfin non continuons le blabla mais centrons le sur cette exposition que j’ai été voir à l’espace 33, rue Bouret dans le 19e arrondissement de Paris, un jeudi de mai. C’était l’avant dernier jour et je m’en serais voulue à vie si je n’y avais pas été !

Je pensais arriver et, comme dans certaines galeries, être seule face à des toiles, croiser l’artiste et lui exprimer mon admiration ( mouais je suis tellement timide que je lui aurais juste esquissé un sourire flippant). Mais ce n’était pas le cas ! Une dizaine de personnes déambulaient, prenaient des photos, des Snaps … je désapprouve quand on prend vraiment TOUT en photo donc ok on en prend une ou deux puis on vit le truc.

J’ai moi même pris cette photo qui illustre ce billet et je vous explique pourquoi.

Cette pièce faite avec un stylo, m’a mis un coup de poing, oui vraiment, je l’ai senti dans le creux de mon ventre, brutal et déstabilisant. Cette sensation d’avoir mal, de vouloir pleurer mais de ravaler ces larmes et tenir ma tête bien haute afin d’affronter …une menace. ( La photo ne pourra pas retranscrire l’émotion de ce retrouver en face et de voir tous les détails).

J’ai pu suivre depuis plusieurs mois, le travail et les questionnements, positionnements de cet artiste, sur les réseaux sociaux mais je n’avais pas vu ces pièces là.

Et c’est ce que j’aime. Quand une œuvre te parle directement, par l’émotion pure et inexpliquée.

Car nous avons eu la chance d’échanger avec l’artiste qui nous a partagé son parcours et la naissance de ses œuvres. Quand il a parlé de ces toiles créées au stylo, nous avons pu comprendre le processus de création et les sentiments l’accompagnant et j’ai été émue encore une fois. Différents degrés de lecture. Une seule émotion.

Nous avons eu la chance d’avoir les éclairages par l’artiste de son œuvre et cela m’a beaucoup touché car j’ai fait des études en médiation culturelle et rendre accessible toutes les œuvres est d’une importance fondamentale pour moi.

Après j’attache une grande importance aux ressentis et premières impressions avant d’avoir le contexte de création autour de l’oeuvre.

Sans tout vous dire, Josué Comoe raconte à son auditoire qu’il était en colère à ce moment. Aujourd’hui je lui réponds que j’ai reçu ses sentiments en pleine face, que face à ce tryptique il a touché 1000 âmes dans leur singularité tout en éveillant un sentiment sûrement universel.

N’est-ce donc pas à la fois la chose la plus magique pour nous, êtres de sens, dans un mode qui nous déshumanise ? ( Question claire ou pas ? Lol).

La parole complète et précise, mais sincèrement, je vous invite à découvrir cet artiste dont il me tarde de voir où ses prochaines oeuvres nous porteront.

Publicités

Série : « Dark » de Baran bo Odar et Jantje Friese (2017)

Aujourd’hui je vous parle d’une série sortie sur Netflix que je vous recommande fortement, parce qu’elle est parfaite et que vous devez la regarder !

dark-1

Dark, est une série allemande sortie en 2017 sur Netflix, au milieu de toutes les séries made in US. Pour les séries anglophones on regarde systématiquement en VO, et pour les autres en VF (quand c’est une série regardée à 2, sinon c’est toujours VO!). La VF passe très bien et ne nous empêche d’être happer par l’histoire  en quelques secondes !

Bien souvent je commence des séries sans avoir lu le synopsis, sans avoir rien lu dessus d’ailleurs, ce fut le cas pour Dark, on m’a dit  » regarde cette série » et c’est ainsi je me suis laissée porter… en deux jours les 10 épisodes de la saison 1 étaient visionnés !

Pourquoi j’ai aimé ?

  • Le déroulé de l’intrigue et le suspens super bien dosé !

Et oui, les scénaristes ne nous laissent pas dans le flou super longtemps, tu te poses une question et tu n’as pas le temps de penser à autre chose! Une fois entré dans cet univers, difficile de décrocher ! N’hésitez pas à vous munir d’un bloc-note et d’un stylo!

dark_netflix_review

  • La musique et l’esthétique

La qualité est indiscutable. Je voudrais donner un prix aux costumièr.e.s, au décorateur.ice de plateau et au directeur.ice de la photographie. C’est absolument parfait et je me pose la question du budget tiens ! Je ne peux pas en dire plus pour ne pas spoiler mais hâte de voir la saison 2 et de continuer à apprécier ce travail d’orfèvre!

tumblr_p1l1fa5Guf1qzycgvo5_1280

  • Surnaturel et autres réalités

Bon je ne voulais pas vous donner le genre mais vous l’auriez surement lu quelque part. J’aime énormément le surnaturel que ce soit dans les séries, films ou livres et surtout quand c’est fait intelligemment et que ça nous questionne sur notre situation de mortels, sur ce que nous pensons contrôler et ce que nous acceptons de voir. Et c’est le cas dans Dark. Sujet maitrisé et bon retournement de cerveau dans les règles de l’art !

Dark-Netflix-848008

Voilà en quelques mots, alors n’hésitez pas  à me dire ce que vous en pensez 😉 !

En tout cas ici on attend la saison 2, en revisionnant la saison 1, pour le plaisir (et refaire certains schémas dans nos têtes).

Bises bises

 

 

Série : « EASY » de Joe Swanberg (2016)

* No spoilers*

« Easy » est une série Netflix sortie en 2016 que j’ai regardée en fin d’année 2017. Je n’en avais entendu parlé nulle part et en m’arrêtant sur la bande-annonce ma réaction a été « mouais », puis quelques semaines plus tard j’ai tenté et  j’ai été agréablement surprise !

Pourquoi j’ai adoré ?

* C’est un genre de Black Mirror sentimental *

easy netflix

Cette série aborde les problématiques sentimentales sous différentes formes, angles grâce à une narration fraiche et subtile. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir comment tout ça est ficelé !

* Le casting obviously * (+ le générique et la B.O)

Des têtes connues, d’autres moins, mais ils crèvent tous l’écran ! C’est peut-être évident mais dernièrement je suis souvent tombée sur des séries où je trouve que le casting était raté donc c’est tout de même important à souligner !

Gros coup de cœur pour Annabelle (jouée par Jane Adams) que je trouve absolument juste et touchante.

easy generique

* Une série féministe *

Je l’ai ressenti dés le départ, cette série met en avant les couples et surtout la place des femmes dans une société patriarcale oppressante…que ce soit au niveau de leur sexualité, de leurs aspirations professionnelles et personnelles, de leur liberté, de leur place dans la société …la narration est parfaite, fluide, simple…comme la compréhension que les personnes DEVRAIENT avoir vis à vis du féminisme.

easy 1

Quand on te sort des misogynes bullshit

* Le format court sans chichi *

Et cette fluidité est apportée grâce au format 30 minutes des épisodes qui je trouve est totalement approprié pour ces sujets (je vous parle bientôt de la série Lovesick sur le même format d’ailleurs). J’aime beaucoup ce format qui est de plus en plus courant (très millennial : moins d’épisodes par saison, format plus court). La frustration n’arrive qu’ une fois arrivé au tout dernier épisode… (2 saisons en 1 weekend à peine).

Bref, je vous recommande cette série ! Et n’hésitez à commenter, qu’on échange un peu dessus !

Bisous.