Much Loved- Nabil Ayouch-2015

much loves.jpg

Aujourd’hui je découvre un film grâce à l’offre en clair de Canal+

Alors que je suis en pleine recherche d’emploi, 2 cafés dans le ventre, et ma fille qui pleure par intermittence car elle fait ses dents, je lis le synopsis pour voir si ça vaut le coup de chambouler mon emploi du temps pour regarder ce film.

« Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant. » (www.canalplus.fr/cinema )

Intéressée par ces films qui mettent en avant les femmes tout en soulignant leurs souffrances et leur solitude face à une société patriarcale (cf. billets THE LUNCHBOX- RITESH BATRA-2013 / Des femmes et des huis clos : “Une journée particulière” et “Sur la route de Madison”/Mustang- Deniz Gamze Ergüven- 2015/ Ma liberté de danser…) je suis immédiatement happée par ces scènes de jour et de nuit, entremêlées de danses et de chants, de chairs et de tissus, de violence et de tendresse.

Le milieu de la prostitution filmé avec une grande justesse. Des personnages aux histoires singulières, aux histoires familiales chaotiques, mais qui se retrouvent dans l’entraide et une espèce de joie de vivre  et des rêves plein la tête ..un message d’espoir en somme.

Le film est déconseillé aux moins de 10 ans et a créé une vive polémique au Maroc, où il a été jugé pornographique. Les scènes sont crues, sans détours et le réalisateur dénonce l’hypocrisie des gens (pour ma part je l’ai ressenti de façon universelle), l’homosexualité non assumée, la transsexualité, le viol, le tourisme sexuel et la pédophilie.

Il est vrai que ma première réaction après avoir vu le film fut de me renseigner sur les actrice qui sont persona non grata dans leurs pays depuis qu’elles ont tourné le film.

L’actrice qui tient le premier rôle, Loubna Abidar, a d’ailleurs été agressée physiquement très violemment par 3 jeunes marocains et se fait insulter quotidiennement.

Alors pour son engagement,  sa liberté et son travail d’actrice je voudrais lui exprimer à elle ainsi qu’à ce remarquable réalisateur dont je découvre le travail, tout mon soutien.

Le combat continue ! Le cinéma est là aussi pour ça, porter des messages au plus grand nombre pour un jour espérer un changement des mentalités.

Pour aller plus loin : Interview Premiere.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s