Much Loved- Nabil Ayouch-2015

much loves.jpg

Aujourd’hui je découvre un film grâce à l’offre en clair de Canal+

Alors que je suis en pleine recherche d’emploi, 2 cafés dans le ventre, et ma fille qui pleure par intermittence car elle fait ses dents, je lis le synopsis pour voir si ça vaut le coup de chambouler mon emploi du temps pour regarder ce film.

« Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant. » (www.canalplus.fr/cinema )

Intéressée par ces films qui mettent en avant les femmes tout en soulignant leurs souffrances et leur solitude face à une société patriarcale (cf. billets THE LUNCHBOX- RITESH BATRA-2013 / Des femmes et des huis clos : “Une journée particulière” et “Sur la route de Madison”/Mustang- Deniz Gamze Ergüven- 2015/ Ma liberté de danser…) je suis immédiatement happée par ces scènes de jour et de nuit, entremêlées de danses et de chants, de chairs et de tissus, de violence et de tendresse.

Le milieu de la prostitution filmé avec une grande justesse. Des personnages aux histoires singulières, aux histoires familiales chaotiques, mais qui se retrouvent dans l’entraide et une espèce de joie de vivre  et des rêves plein la tête ..un message d’espoir en somme.

Le film est déconseillé aux moins de 10 ans et a créé une vive polémique au Maroc, où il a été jugé pornographique. Les scènes sont crues, sans détours et le réalisateur dénonce l’hypocrisie des gens (pour ma part je l’ai ressenti de façon universelle), l’homosexualité non assumée, la transsexualité, le viol, le tourisme sexuel et la pédophilie.

Il est vrai que ma première réaction après avoir vu le film fut de me renseigner sur les actrice qui sont persona non grata dans leurs pays depuis qu’elles ont tourné le film.

L’actrice qui tient le premier rôle, Loubna Abidar, a d’ailleurs été agressée physiquement très violemment par 3 jeunes marocains et se fait insulter quotidiennement.

Alors pour son engagement,  sa liberté et son travail d’actrice je voudrais lui exprimer à elle ainsi qu’à ce remarquable réalisateur dont je découvre le travail, tout mon soutien.

Le combat continue ! Le cinéma est là aussi pour ça, porter des messages au plus grand nombre pour un jour espérer un changement des mentalités.

Pour aller plus loin : Interview Premiere.fr

Mustang- Deniz Gamze Ergüven- 2015

f66628a10ab358d1638352c69c068787

Vous avez sans doute entendu parler de ce film qui a été largement récompensé aux césars et a reçu le golden globe du meilleur film de langue étrangère ?

Je me méfie parfois des films récompensés, je regarde sans attendre grand chose et c’est donc avec un peu d’hésitation que le dvd a atterri dans mon panier  (oui quand je fais les soldes ce n’est pas pour ma garde robe mais ma biblio/dvd-thèque) mais au final aucun regret, au contraire ce film est un petit bijou !

C’est l’histoire de  5 sœurs vivant dans un village turque et qui voient leurs vies changer en même temps qu’elle deviennent jeune femmes.

Il y’ a quelque chose de puissant dans leur façon d’être tout simplement, leur soif de liberté et cela m’a vraiment touché dans la mesure où je connais les enjeux et le poids que l’on pose sur les épaules des filles en ce qui concerne  l’honneur familiale dans une société patriarcale qui décide de mariage arrangés pour la conserver…la confrontation entre le monde moderne et les traditions encore très ancrées dans de nombreuses familles, mais aussi un retour à des idées très conservatrices dans des sociétés qui se sont toujours battues pour la liberté et l’égalité .

Les jeunes actrices sont d’une justesse incroyable et d’une beauté singulière. La réalisatrice explique que le casting a été assez long, une d’entre elle a été repérée à l’aéroport d’Istanbul…

Bref c’est un film à voir 🙂

 

 

La légende de Bun Hay Mean ( Stand up !)

bun-hay-mean-le-chinois-marrant-722917_w1020h450c1cx300cy450

Vendredi 10 Juin 2016. Ouverture de l’Euro de football en France.

« Désolé chéri, tu ne verras pas le match d’ouverture, non non non, j’ai pris des places pour aller voir sur scène Bun Hay Mean. »

« EEEENNNNNFFFFIIIINNNNNN »

Nous nous rendons avec quelques difficultés sur Paris, direction l’Appollo Théâtre à république. Il fait chaud, on arrive essoufflés à 20h pile, nos amis nous ont gardé deux places…au 2e rang ! C’est tellement cool mais je me dis on va prendre cher si on se fait repérer (nous avons tous des rires bien particuliers… 🙂 )

Pourquoi avoir choisi ce spectacle ? Est-ce qu’on me l’a conseillé ? Est-ce que je suis tombée par hasard sur de bonnes critiques et me suis dit tiens ce serait sympa ? Et bien non! Il y’a deux ans de cela, lors d’un repas à la maison en décembre, nous regardions des vidéos du Jamel Comedy Club et nous sommes tombés sur cette vidéo qui nous fait pleurer de rire pendant plusieurs heures! On est obligés de remettre le passage de Bun Hay Mean au mois 10 fois pour capter toutes les vannes, tellement il va vite! Je montre la vidéo à des potes, à des collègues et à toute personne que je rencontre et à chaque fois c’est l’hilarité.

Après les attentats du 13 novembre à Paris, Bun Hay Mean écrit un sketch qui rencontre un grand succès sur les réseaux et qui le rend de plus en plus populaire. Des articles, des plateaux télé, Bun part à la rencontre du grand public.

Comme pour  Kheiron, j’ai découvert Bun avec la petite série internet « Les voisins du dessus » il y’a bien plusieurs années, après être allée voir des artistes stand up sur une petite scène parisienne en sous sol (paye ta claustrophobie!)  où j’ai découvert Kyan Khojandi, Navo, Donel Jacksman et Seb Mellia.   Aujourd’hui ils ont tous rencontré leur public à la télé, au cinéma et aussi sur scène et il ne sont pas prêts de s’arrêter !

Pour en revenir au spectacle de Bun Hay Mean aka Chinois Marrant, on a eu deux très belles surprises en première partie et j’étais heureuse de découvrir cette salle à taille humaine qui permet vraiment de se sentir proche de l’artiste.

Et justement le spectateur fait vraiment parti du spectacle, Bun échange avec chacun d’entre nous de manière directe ou indirecte. Je ne peux vous en dire plus il faut juste aller le voir! Nous on y retournera car c’est un spectacle évolutif, puisque que le public change d’un soir à l’autre hein et puis parce que cet exercice de l’impro me fascine.

Nous avons passé un très bon moment à rire aux éclats et j’ai aussi été très émue car il se livre un peu sur son parcours et c’est vraiment une personne authentique, accessible et touchante.

Voilà allez-y les places sont vraiment données!

Petit avertissement tout de même : Il y’ avait des enfants dans la salle et certaines vannes sont placées sous la ceinture donc bon si vous êtes mal à l’aise pour aborder ces sujets avec certaines personnes n’y allez pas avec elles 😉