Podcast du cœur #4 : Mon rapport aux croyances

 

 

 

* Retranscription en cours* merci de me laisser un mot ou mail pour que je vous prévienne une fois que ce sera fait ! Et je suis désolée pour la qualité pas optimale mais j’enregistre avec mon téléphone en attendant de m’offrir un bébé-micro ! Bisous

Publicités

Podcast du Cœur #3 : Je voudrais être une meilleure mère

 

 

* Retranscription*

Hello Hello,

C’est le 3e podcast que j’enregistre, non sans grande assurance, mais on essaye ! Comme je disais sur les deux derniers, je ne prépare pas, je laisse plutôt les idées et mots s’écouler de ma bouche (archi désolée pour ce terme un peu dégueu ahah), Mais je sais dés le début ce que j’ai envie de vous dire.

Je souhaite vous parler aujourd’hui d’un sujet qui me turlupine depuis pas mal de temps et je pense qui nous accompagne tous en tant que parent : Je n’ ai pas l’impression d’être une bonne mère ou je n’ai pas l’impression d’être la mère que je voudrais être. Tout cela parce que j’ai l’impression de manquer de temps et de perdre du temps que je devrais passer avec ma fille au profit de ma vie professionnelle, qui n’est pas encore posée. Je vous parlais dans le podcast précédent Podcast du Cœur #2 : Confiance en soi et doutes, réalisations et échecs de mon désir d’avancer professionnellement, de me trouver etc. Je suis sur la bonne voie. J’ai pris des décisions qui ont été très positives au début de cette année et je me sens très bien vis-à-vis de ça, mais j’ai l’impression que peut importe les décisions que je prends au niveau pro il y’aura toujours ce truc qui me « gêne » ; Où est-ce que je place le temps avec ma fille ?

Là ça va mieux parce que au niveau des mes horaires j’arrive à gérer on va dire, mais j’habite loin des lieux où je dois me rendre, en plus des problèmes quotidiens des RER, du coup le matin je vois ma fille le temps de la préparer. On ne prend pas le temps de se poser, de prendre un temps pour nous parce qu’il faudrait qu’on se lève beaucoup plus tôt (moi 5h – elle 6h !!!) et ça veut dire que le soir comme j’arrive tard je ne la vois que très peu (à mon goût) parfois pas…Ce sont des équations assez difficiles.

Et ça me frustre énormément car je ne sais pas comment m’y prendre pour que cela soit mieux ! Je me dis que le temps que ma vie pro se stabilise, afin d’envisager éventuellement un 80 % ou alors gérer mon temps comme je l’entends avec mon statut d’auto-entrepreneure ….j’ai l’impression que c’est très utopique et que je ne vais pas y arriver, même si j’espère y arriver…mais bon pour l’instant le temps passe, elle est encore petite, mais je sens bien que pour moi les semaines sont difficiles.

Après le weekend je fais parfois des choses personnelles, en vue aussi de développer des aspects de ma vie pro, mais je tiens également à ma vie sociale- de jeune femme de bientôt 30 ans qui vit pour la danse– mais pas au détriment du temps passer avec ma fille et parfois je culpabilise de sortir… Quand on sort avec elle l’organisation  parfois compliqué en transport ( cf.Prendre les transports en commun avec bébé…) ou en voiture, même si on le fait, mais le facteur crises qu’elle ne réserve qu’à nous est épuisant…mais on le fait donc les weekend on profite quand même à fond d’être avec elle !

Du coup je me pose la question de savoir si le temps que nous passons ensemble est du temps  » de qualité » ? Est-ce que toutes les activités qu’on fait ensemble sont assez bien ? Est-ce que je dois faire plus ? Parfois quand je la regarde jouer seule, je me demande si elle est heureuse ?!

Je sais que d’être un bon parent c’est de tout faire pour que son enfant se sente bien. Ou du faire au mieux. Peut-être qu’elle ne le ressent pas ou si un peu, mais par exemple ces derniers temps en la déposant chez l’assistante maternelle elle a du mal et s’accroche à moi (ce qu’elle n’avait jamais fait!). Je ressens encore plus cette petite angoisse et du coup je me demande si je lui communique (ce qui ne serait pas bon car mon devoir est aussi de la rassurer).

Tout ce que je sais, c’est que je ne dois pas être la seule à ressentir ça, beaucoup de parents vivent ça, je n’ose imaginer pour les parents solos, ceux avec des horaires en décalés…donc…c’est quand même dur et c’est une question à laquelle je n’étais pas préparée.

Quand les personnes parlent de leur expérience de la parentalité ce n’est pas quelque chose dont ils parlent. On a souvent le droit aux sujets tel que les nuits, maladies et la joie que cela leur apporte de les voir évoluer mais PERSONNE ne m’a jamais dit  « ben écoute, le temps nous manque avec nos enfants » et voile je voulais le dire.

J’aimerais que tout le monde puisse ne pas ressentir ce genre de chose. A vrai dire j’aimerais savoir qui ressent ce genre de chose…Si vous avez trouvé des solutions…

Pour le papa de ma fille, mon compagnon, il passe plus de temps car il travaille pas loin mais me dit également que les journée sont longues sans elle, sans nous…enfin on assume d’avoir eu un enfant et on ne regrette pas mais bon c’est plus dur pour nous que pour elle à mon avis…je me dis ça pour me rassurer.

Du coup on ne parle pas encore d’avoir un deuxième enfant, mais je sais que le chemin ne peut pas se faire à partir du moment où je me dis mais comment ça va se passer ? Manquer encore plus de temps et puis je n’aurais pas la liberté de prendre un congés parental comme j’ai fait avec ma fille (jusqu’à ses 1 an et demi).

Alors je me dis avoir un autre bébé…je ne m’en sens pas capable…Mais who knows ? 😉

Du coup j’aimerais bien avoir vos avis, réflexions, « retours d’expériences », je pense que ça peut être très enrichissant. Comme je disais dans Podcast du Cœur #1 : LES INSTAMOMS ! ce que j’aime dans les échanges réseaux sociaux c’est l’échanges, et certains mots qui peuvent rassurer et puis ça pourra aider aussi d’autres parents !

****

Voilà après c’est du Shit Chat,  mon téléphone qui vibre et des rires gênants !

J’espère que vous avez apprécié, n’hésitez pas à vous abonner à la page facebook et commenter si vous voulez partager ! Si vous voulez témoigner anonymement vous pouvez également m’écrire à ecrireacoeurdelouve@gmail.com

Si vous êtes intéressé.e.s pour participer à un prochain podcast écrivez -moi aussi !

Bisous

 

 

 

Podcast du Cœur #2 : Confiance en soi et doutes, réalisations et échecs

*Retranscription du podcast *

Salut à toutes et à tous !

Je vais essayer de faire un podcast sans faire trop de pauses, de mmmeeeehhh, de bbbbeeeeh… mais en fait c’est compliqué parce que ce n’est pas écrit à l’avance, je vous parle « à cœur ouvert »  parce que je suis « cœur de louve » (jeu de mot, jeu de mot !)…enfin voilà !

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de la confiance en soi et des doutes. Sur les choses qu’on fait, sur nos rêves, nos réalisations, et sur l’échec aussi !

Parce que justement on voit partout sur les réseaux sociaux, des messages, très beaux et inspirants, qui t’ insufflent beaucoup de courage et qui disent qu’il faut poursuivre ses rêves, qu’il ne faut pas s’attacher à des choses qui nous rendent malheureux, qu’il faut y aller, que c’est dans nos tripes, que si on veut on peut …

Moi j’adore, j’adhère, je suis même du genre à reposter, ça me motive et j’ai envie d’y croire parce que je suis une croyante ! Une croyante dans le sens premier, je ne parle pas forcément de religion quand je dis ça mais oui je suis une croyante car je crois en la bonté des gens, je crois en la capacité des gens à faire des choses bien et je n’aime pas voir les gens douter.

Pourtant je suis quelqu’un qui doute énormément  même si je fais tout pour essayer d’être positive et de me dire « allez on y va, tout va bien, tout va bien se passer  » . C’est assez paradoxal car je suis hypra optimiste!

Et justement, avant d’enregistrer, je viens de voir une vidéo de Peter Dinklage aka Tyrion aka Le nain dans Game of Thrones , qui dit que sa carrière a débuté quand il avait 29 ans, quand il a quitté son job d’informaticien, qui le rendait malheureux, qu’il n’avait pas d’argent et vivait dans un appartement minable, sans chauffage, ni internet, ni rien. Et je pense qu’un jour il en a eu mare et s’est dit qu’il allait devenir acteur coûte que coûte ! Ce qu’ il a fait ! Peter Dinklage joue actuellement dans une des plus grosses séries à succès et est adulé par beaucoup de monde grâce à sa personnalité et surtout son rôle exceptionnel.

Et donc, ouais je l’écoute parler, dire des choses fortes  « vous êtes capables, n’attendez pas, jetez-vous, c’est la peur qui vous paralyse et vous empêche de faire des choses ». Je suis là, j’écoute et y crois dur comme fer, limite j’applaudis quoi….et puis j’analyse ma propre situation.

J’ai également envie de faire des choses ! D’accomplir des choses…mais professionnellement c’est pas trop ça et je ne gagne pas si bien ma vie …j’ai l’impression d’être dans un truc qui ne me convient pas, parce que les personnes arrivent à percevoir mes doutes et à en tirer profit. Et du coup je me sens en quelque sorte paralysée, parce que OUI on peut tout plaquer tout envoyer balader du jour au lendemain et poursuivre ses rêves…mais , famille ou pas, je n’aurais pas été capable de le faire et ce n’est pas si facile de partir comme ça…franchement je ne sais pas trop comment me situer face à ces « injonctions à être heureux ». Cela peut aussi générer de la culpabilité chez les gens qui ne le sont pas, genre c’est de votre faute vous ne vous en donner pas les moyens, mais il y’a 1001 de paramètres propres à chacun qui influent sur la façon d’arriver à faire des choses ou non. Et puis il y’a le temps et la pression qu’on subit tous le jours à faire les choses dans un temps imparti , dicté par les cadres de notre société.

Je repense à mon rêve d’enfant, au métier que je voulais faire et que je veux toujours faire :  » Écrivaine » et je le disais déjà comme ça à l’époque même si on me disait que c’était une faute de français…(féminisation des termes pro dés l’age de 6 ans saaayyy whhhaaat !!!). Sauf que j’ai toujours été une élève moyenne à l’école, souvent encore je fais des fautes d’orthographe…BREF je ne m’en sentais pas capable, car pas une intello et encore aujourd’hui  je sais que je suis une fille « moyenne » sans talent…(mais je le vis bien ! enfin mieux qu’avant !)

Parfois je me dis quand même « mais pourquoi pas moi, je peux le faire ! »  et il y’a aussi mes petites sœurs, qui elles sont exceptionnelles pour le coup, qui me disent, « attend mais avec toutes tes capacités, tout ce que tu as fait, tu peux aller tellement loin »  et malgré tout j’ai du mal à y croire parce que il y’a des gens qui sont tellement doués, et qui ont tout fait donc je ne vois pas ce que je pourrais apporter de plus dans ce monde. Et je n’ai pas l’idée qui pourrait révolutionner quoi que ce soit.

Néanmoins ces derniers temps je n’étais pas super épanouie et à chaque fois que je me suis posée et que j’ai écrit en me disant « ah ça, ça pourrait être un passage dans un chapitre d’un des livres que j’écrirai » et bien figurez-vous que le lendemain j’étais submergée par un sentiment de bien être, de petit accomplissement assez jouissif ! Du coup je suis plus productive….mais pas dans mes projets puisque je suis au boulot!

Je me dis, bon c’est peut-être vrai quand même, quand on fait ce qu’on aime on se sent un peu plus libre…MAIS  encore faut-il avoir les moyens de le faire ! C’est-à-dire que moi je bosse, je mets 1h30 à l’aller et 1h30 au retour, le soir je rentre, je suis claquée et je veux aussi passer du temps avec ma fille et même si je n’avais pas ma fille je suis tellement claquée….et puis je suis un oiseau de nuit, c’est à ce moment que je trouve toute mon inspiration mais je suis dans mon lit en train de m’endormir…

Je ne me plains pas et puis peut-être que je pourrais le trouver le temps. TROUVER LE TEMPS. n’est-ce pas abominable ? non mais par exemple là, vendredi après-midi je suis posée dans mon canapé et ça fait du bien de juste se poser, après une semaine passée à se battre avec soi-même, parfois avec les autres … et c’est vrai ce que disait Peter Dinklage et ce n’est pas le premier à le dire mais n’attendons pas mais j’ai envie de dire que je fais aussi partie des personnes qui disent que chaque chose arrive à tel moment pour une raison, je ne suis pas du genre à attendre qu’il m’arrive des choses  mais je me dis aussi que si ça doit arriver ça arrivera.

Et ce que j’attends qu’il arrive, ce n’est ni la notoriété, ni la célébrité hein, je ne fais pas mes podcasts ou mon blog pour ça ; je le fais car c’est une manière d’échanger et ça fait tellement de bien parce qu’on est humain et la vie qu’on mène actuellement nous pousse à avoir moins de lien…mais voila ce que je veux :

Faire quelque chose d’inspirant, faire quelque chose pour les autres…un projet qui rassemble les gens, toute sort de personne hein pas de lieu tenu QUE par et pour les bobos (ouais la gentrification m’énerve !) un projet et un lieu bienveillant et emplie de gentillesse…mais bon je divague, je ne sais pas si vous avez compris, ce podcast qui na ni queue ni tête !

Il faut qu’on travaille à garder confiance en soi et aux autres, parce que tellement de facteurs déstabilisants ! Ne pas se laisser faire par des personnes qui tentent de vous rabaisser quand il vous arrive de bonnes choses! Il faut continuer, être heureux, continuer ou devenir heureux, parce que ce n’est pas facile tous les jours dans cette société qui nous tracte et nous épuise. Il y’a toujours malheureux certes mais il y a toujours mieux, donc il ne faut pas se contenter mais ne pas aussi se rendre malheureux à essayer d’atteindre quelques objectifs.

Il faut faire une part de travail et se laisser porter aussi (voilà that’s my jam!)

Je vous embrasse ! Au prochain podcast !