Un joyeux Non- anniversaire : 33 mois de Locks !

DSCN3652 (2).JPG

Liberté, adieu les maux de tête et  démangeaisons du cuir chevelu ! FREE!

Je n’aime pas trop les dates anniversaires (même si j’ai une excellente mémoire pour celles-ci) c’est pourquoi je décide d’écrire ce billet maintenant  environ 2 ans et demi après le départ de mes (bébés) locks !

Bon je vous avais déjà expliqué Pourquoi j’ai decidé de faire des Locks ?

Qu’en est-il aujourd’hui, allez-vous me demander? (Ou pas) Et bien je vais vous l’dire tiens !

UNE DES MEILLEURES DÉCISIONS PRISE DE MA VIE.

Mes cheveux font leur vie, je ne passe plus de heures à les manipuler ou à leur faire supporter le poids et matière de mèches synthétiques. J’ai vécu leur évolution au fil de ma grossesse alors que mon corps changeait également.

Depuis deux ans j’ai essayé différents produits et routines (Ma routine capillaire post grossesse ) qui étaient bien, puis j’ai eu malheureusement une chute de cheveux dûe aux magnifique cocktail « hormones post-grossesse-accouchement-allaitement »… J’ai assez mal vécue cette période où mes cheveux furent fragilisés surtout au niveau du front et des tempes (j’en parle ici ). Heureusement tout est revenu à la normal, la repousse s’est faite comme il faut même si cela a affiné la base de mes locks dans cette région…

Aujourd’hui je vais moins voir ma lockticienne (2 fois pas an) et voici ma routine :

  • Shampoing au savon noir 1 fois tous les 10 jours ou plus souvent quand il fait chaud ou quand je fais du sport. Je ne tiens pas un agenda je sais quand mes cheveux sont sales voilà 🙂
  • Mon Vapo composé d’eau minérale, d’eau de rose (qui apporte une odeur très agréable), d’huile de ricin et d’huile essentielle d’arbre à thé ou de romarin à cinéole
  • Lavage en profondeur ou décrassage tous les 3/4 mois : eau chaude, Bicarbonate de soude, citron et une huile essentielle. (Il me faut l’aide de quelqu’un pour bien atteindre l’arrière de ma tête)
  • Je tourne les racines de temps en temps, en après deux shampoings car je ne souhaite pas trop  manipuler les racines …même envie de juste les séparer et ne pas les toucher, plus vers le free form 😀

Voilà rien de bien compliqué, j’achète tout sur le site d’ Aroma -zone sauf l’eau de rose et le bicarbonate que je trouve en supermarché.

Le résultat est que j’ai des locks qui vont bien et qui ont une pousse incroyable! Je n’étais pas impatiente de les avoir longues, à les mesurer ou autre, au contraire je n’ai pas vu le temps passer et ce sont les gens qui me font la remarque souvent « Mais tes cheveux ont poussé ! »

Franchement je ne regrette pas, je ne pensais pas que ça aurait pu être une aussi belle façon, de se sentir soi-même, pleinement et de réaffirmer aux gens qui ont déjà eu le toupet de me dire « oh non mais je te préférais avant, pourquoi tu ne lisses pas tes cheveux, pourquoi tu n’es pas comme ci ou comme ça … » que justement je suis actuellement comme j’ai envie d’être, que je suis une femme noire et que mes cheveux sont comme ça, et que j’en suis fière!

Je n’avais pas pris la décision pour suivre une mode, j’en voulais depuis longtemps mais peur du jugement et du monde extérieur notamment celui du travail mais à un moment le monde doit nous accepter avec tout ce qu’il y’ a plus normal !

NOS MAGNIFIQUES CHEVEUX CRÉPUS OUI!

(Ou sans cheveux et avec  de la couleur si on le veut ! )

L’évolution en photo -je n’en ai pas énormément je ne m’accepte pas trop en photo (I’m trying)- pour se faire une idée!

 

 

 

Scarface : vivre avec une peau marquée.

Black Skin Care Tips.jpg

PERSONNE N’A UNE SI JOLIE PEAU

J’ai bientôt 28 ans et depuis toujours une peau hyper sensible et hyper réactive ainsi je porte diverses cicatrices sur tout le corps. Pendant mes séjours au Sénégal, tout allait bien, ma peau était bien, mes cheveux magnifiques mais voilà pendant la saison des pluies des cloques d’eau apparaissaient sur mes jambes et m’ont laissées avec des cicatrices profondes.

Et puis il y’ a l’acné. J’en ai depuis mes 14 ans. C’est assez sévère.

Lorsque je regarde des photos de mon adolescence et d’il y’a moins longtemps je me souviens de certains jours où je me regardais dans le miroir et pleurais en me demandant pourquoi je devais subir ça…. toutes ses taches sur le visage. Je n’étais pas bien dans ma peau…et puis j’ai travaillé avec des enfants qui me demandaient souvent « pourquoi ton visage est comme ça? » ça me faisait un peu mal au cœur mais ils parlent en toute franchise. Alors je leur répondais que c’était une maladie de la peau mais qu’ils n’avaient rien à craindre.

Loin d’être la seule dans ce cas,  les traitements dermatologiques semblaient fonctionner sur tout le monde, sauf moi.

1,2,3 dermatologues différents et on me dit d’aller à l’hôpital Saint Louis, où il y’a des dermatologues spécialisés des peaux noirs…J’y crois et me dit ENFIN mon cauchemar va pouvoir s’arrêter après toutes ses années! Une belle beau pour ma vie d’adulte !!!!

Malheureusement ça ne s’est pas déroulé comme je l’espérais…Je tombe sur une vieille femme qui me lance à peine un regard puis griffonne sur une feuille, me la tend et ne me dit même pas au revoir. Je sors en pleurs et une fois mes larmes séchées, regarde la feuille … une ordonnance…  le même traitement prescrit par les dermatologues précédents :des comprimés Toléxine Gé et une crème Cutacnyl.

Deux jours après, alors que je me réveillais assez stressée car j’avais une présentation orale à la fac, j’ai eu la peur de ma vie : Dans le miroir, un visage tuméfié, les yeux peinant à s’ouvrir…réaction allergique à la crème. Je me suis rendue à la fac en plein mois de novembre avec des lunettes de soleil, qui ne parvenaient pas à cacher encore une fois mes larmes. Donc j’ai immédiatement arrêté ce traitement, pris un autre rendez-vous (6 mois après environ) demandant qu’on trouve une autre solution, mais on ne m’a pas écouté…me laissant sans solution et dans un profond désarroi.

Toutes ses années, j’ai essayé différentes solutions, des masques, des savons nettoyants, des huiles cicatrisantes…alors depuis 2-3 ans ça va légèrement mieux mais j’ai décidé de retourner chez un dermatologue parce que j’avais une masse près de la tempe qui me préoccupait et vu que sur 2 années je me suis fait opérée 3 fois pour des kystes j’ai pris peur.

Et devinez quoi ?

On m’a proposé le même traitement.

Alors je le prends, sans grande conviction et j’applique la crème 1 jour sur 2 parce que les démangeaisons sont insupportables et que ça décape la peau…on verra.

J’écris ce billet car c’est parfois très dur, on ne supporte pas le regard des autres plein de jugement qui pensent qu’on a une mauvaise hygiène et qu’on se laisse aller. (On me l’a déjà dit « tu te laves le visage ? », « Mais t’as quoi aux jambes ? » )

Cela ne m’a pas empêcher de vivre une vie de jeune femme normale et très épanouissante mais le complexe qui en résulte est assez conséquent surtout pour quelqu’un de timide. J’ai du faire en sorte toujours de détourner l’attention, car les regards prolongés me dérangent, qu’on s’approche trop de moi pour me parler aussi, prendre des photos c’est juste l’enfer….(vivre les filtres youhou)…. Alors j’ai fait un travail sur la confiance en soi. Bien m’exprimer, marcher la tête haute avec assurance, pour me détourner de l’idée d’avoir envie de se cacher, se dire qu’on est important…ça ne fonctionne pas toujours lorsque  le regard des autres te rappelle que tu es marquée mais il faut se dire que les gens trouveront toujours le petit détail pour te regarder que ce soit positif ou négatif. Et au bout d’un moment on y pense de moins en moins.

Alors j’ai un message pour toutes les personnes dans cette situation car je n’en suis pas sortie mais je le vis beaucoup mieux :

Persistez à rechercher une solution auprès d’un professionnel, ne vous découragez pas et ne laissez pas cette situation vous bouffer et vous gâcher la vie.

Ne passez trop de temps devant votre miroir à scruter la moindre parcelle de votre peau car vous êtes beaucoup plus que ça et dites vous que ça va s’arranger.  Porter des cicatrices, et ne pas en avoir honte (car ce n’est pas de votre faute), fera de vous quelqu’un de plus fort et n’impactera pas sur votre vie sociale.

Et pour ceux que ça dégoute, j’ai envie de dire que personne n’est épargné donc avant d’avoir des pensées et mots blessants, s’il vous plaît, prenez un peu de temps pour réfléchir et penser à votre karma 🙂

PS: je vous tiens au courant du prochain rendez-vous avec ma dermatologue, qui avait l’air totalement en mode « ben je ne peux rien faire d’autre que te donner ce traitement, même si tu le supportes mal » et si il y’a eu un changement…là ça fait 2 mois et toujours pareil…

J’utilise en ce moment : l’eau micellaire Bioderma Sebium H20, le savon Bioderma Sebium et la crème de jour Effaclar Dua de La Roche Posay.

Je ne supporte pas le maquillage, je mets parfois juste une poudre de la marque Sleek, c’est suffisant pour estomper un peu mais je ne peux pas tout cacher et ce n’est pas ce que je cherche.

 

Perte de cheveux, Alopécie Post Partum.

cryin.jpg

Lebron, tu illustres tellement bien ma situation…

Il y’ a quelques semaines j’écrivais un article(ici) pour vous parler de ma routine capillaire qui me rendait fière et heureuse de mes belles locks vigoureuses… Et bien ça c’était avant de me rendre compte que je perdais des cheveux !!!

Ce n’est bien entendu ni à cause de ma routine, ni à cause de mes locks, car mis à part mon vapo, je n’ai utilisé qu’une fois le gel Talhia waajid …mais bon on m’a posé la question et c’est vrai que ça m’a traversé l’esprit.

J’ai compris bien vite que cela résultait d’un beau dérèglement hormonal vu que cela coïncidait à l’apparition de toute sorte de gêne et plusieurs paramètres

  • 3 mois après mon accouchement
  • 1 mois après la pose du stérilet hormonal Mirena (celui que j’avais avant la grossesse que je trouve top mais après la pose j’ai passé 1 mois et demi assez compliqué)
  • Diminution de tétées.

J’ai pu en parler avec mon médecin traitant (pas loquace du tout) qui m’a dit que c’était normal…rien de plus…En gros, je résume par « Grossesse de rêve et Post-partum bof bof… »

Ma perte de cheveux se situe au niveau des tempes. Avant que cela ne m’arrive, pour moi les personnes avec ce genre de problème avaient exclusivement des coiffures trop serrées ou utilisaient trop de produits ou trop de tissages, lace wigs etc…. J’ai toujours eu les cheveux en bonne santé et je ne m’attendais pas à cela, à aucun moment je n’avais entendu parler de ce problème capillaire post-partum, d’où mon choc assez important ! * Pourquoi on ne nous en parle pas au dernier cours de préparation à l’accouchement ? *

DONC direction  la pharmacie ou je choisis des gélules « Forcapil » à prendre sur 3-4 mois. C’est compatible avec l’allaitement et de toute façon je suis tellement désemparée que je me dis que je ne quitte pas la pharmacie sans rien !

Là, ça va faire un mois que je prends 3 gélules par jour (et non 2 comme recommandé sur la notice) et je note qu’il y ‘a du mieux. Je continue à faire mon shampoing tous les 10 jours et je masse les « zones sinistrées » avec de l’huile de ricin quelques jours avant le shampoing.

Bien entendu je sais qu’il n’y a pas de solution miracle, je prends mon mal en patience et surtout je m’alimente mieux et de façon variée (du coup  j’ai perdu 3 kgs en passant !)

Voilà psychologiquement ça va un peu mieux on verra à l’issue des 3 mois mais j’ai prévu une visite chez le dermato pour un petit truc qui m’inquiète sur mon visage (j’ai une peau à GROS problèmes mais là il y ‘a un truc suspect…) et on verra en même temps pour cette alopécie.

Et vous ? Une chose similaire vous est déjà arrivée ?