Podcast du Cœur #1 : LES INSTAMOMS !

Voilà ! Il est tout prêt mon premier podcast ! Quel exercice plaisant !!! Et bien j’espère que ce ne sera pas trop agaçant à écouter …sinon j’ai été sympa , la retranscription est juste après 😉 !

« Salut à vous qui m’écoutez ! Bienvenus sur ce premier podcast !

Alors je n’ai pas encore trouver de nom (entre temps si !) donc ce sera juste les podcasts de Cœur de louve… je vais essayer de ne pas être trop longue je sais que tout le monde à beaucoup de choses à faire, pas beaucoup de temps, on court, on court, on court…donc voilà c’est vraiment un moyen pour moi de partager des choses en live mais de ne pas le faire en vidéo, comme ça pas obligée de me maquiller …. là par exemple j’ai une gueule horrible, je suis absolument affreuse mais ça vous ne pouvez pas le voir donc c’est top.

Pour ce tout premier podcast j’aimerai parler des Instamoms : Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme désigne les mamans ou futurs mamans sur instagram. Je voulais un peu vous raconter comment j’en suis devenue une même, si c’est chiant et bizarre de dire cela et d’étiqueter les gens (cf .Je ne suis pas qu’une mère, ne vous en déplaise.) Loin de moi l’envie de critiquer mais juste envie de vous faire part de mon expérience.

Premièrement , j’ai commencé à utilisé Instagram vers 2013, bien avant de tomber enceinte…je partageais deux ou trois choses sans être particulièrement active quotidiennement. Mais avant de tomber enceinte je passais beaucoup de temps sur les forums pour justement discuter avec de personnes qui partageaient un petit peu les mêmes questionnement…d’ailleurs cela avait commencé avec mon contraceptif, le stérilet Mirena, avec lequel je rencontrais quelques problèmes… donc je parlais avec des jeunes filles à ce sujet. Puis quand le désir d’enfant à commencé à se faire présent, j’ai quand même pu en discuter avec des jeunes femmes sur doctissimo et cela m’a beaucoup aidé à formuler certaines choses que je ne pouvais pas forcément formuler à mes amis, qui n’en étaient pas forcément là. Et en fait c’est assez simple de dire des choses assez librement à des gens qu’on ne connaît pas c’est même beaucoup plus simple , ce qui est très étrange…

Voilà comment j’ai commencé à parler avec un groupe de cinq filles sur doctissimo puis nous sommes passées sur facebook puisqu’on a découvert qu’une des filles nous mentait, pas du tout enceinte, ni de véritable désir de l’être , on s’est même posé la question de savoir si c’était un homme!). Et quand je suis tombée enceinte et que ça a commencé à se voir, c’est vrai que j’ai eu envie de le montrer. Je me souviens de cette première photo sur instagram, je devais être enceinte de 4 mois avec mon tout petit bidon…d’ailleurs certaines personnes ont appris ma grossesse comme ça …parce que je ne savais pas comment l’annoncer…surtout que le début de grossesse fut compliqué…mais bon voilà….et s’en sont suivis les hashtags #novembrette2015 & cie et par la j’ai découvert d’autres mamans et futurs novembrettes (femmes enceintes dont la date prévue d’accouchement était prévue en novembre) mais pas que ! Et j’ai rapidement trouvé que c’était un univers rassurant, assez magique, parce que voilà même si j’avais une de mes amies enceinte en même temps que moi, on était pas si proche que ça (géographiquement) donc on arrivait à parler via whatsapp mais voilà besoin d’en parler encore et encore… plus on en parle et plus on peut faire face à ses craintes donc c’était vraiment top. Pouvoir échanger sous les posts de chacune, sur des questions diverses et des craintes qu’on a depuis le premier jour de notre grossesse ben mine de rien c’est précieux.

Ce fut également réconfortant sur les dernières semaines de grossesses où l’attente se fait longue, surtout quand c’est un premier enfant…et puis non, même je pense que c’est aussi long pour un deuxieme, voir plus j’en sais rien encore (oh ce joli lapsus) mais voilà c’était super drôle de voir les jours passer et de voir que telle fille avait accouché et que toi c’était bientôt ton tour sans savoir quand exactement. Donc t’es content mais pas mal frustré…mais beaucoup de joie également. C’est bizarre de ressentir autant de joie pour des personnes qu’on ne connait pas et voilà c’est un sentiment qui se poursuit après notamment celles qu’on continue à suivre et avec qui on partage toujours nos joies et craintes de jeunes mamans et de jeunes parents, et dieu sait que ce n’est pas évident quand on a peur, quand il y’a les premiers rhumes de bébé quand…il y’a tout pleins de craintes qui passent enfin c’est vrai que c’est super compliqué…Mais moi je trouve que ça a été vraiment une expérience positive il y’a toujours des instamoms que je suis depuis, même si j’ai enlevé toutes les photos de ma fille et de grossesse et décidé de faire un compte insta plus tournée vers ma figure, que je n’aime pas forcément, mais justement je trouve que c’est un autre processus, ça fait partie d’une autre étape de ma vie et ça m’aide tout autant que ça m’a aidé pendant ma grossesse.

Même si il y’a eu un truc très bizarre que j’ai pu remarquer : de la malveillance de certaines mamans qui se permettent de faire des jugements sur d’autres et de façon assez brutale, et donc tu ne comprends pas trop ce qu’il se passe. Je n’ai jamais été prise a partie ou cible de ces choses là, peut-être parce que je n’ai pas beaucoup de followers et puis j’étais en profil privé…beaucoup de choses très très méchantes que je prenais très à cœur même pour des mamans que je ne connais pas dans la réalité mais que je suis et pour lesquelles j’ai vraiment de l’affection. Voilà ça c’est un côté très pénible ..ou alors il y’a des mamans qui, si tu oublies de liker une seule de leur photo, tu sens qu’elle te lance des piques, c’est jamais direct, elle sont toujours en train de se plaindre des autres mamans et tu sens un besoin de reconnaissance super malsain, qui se fait à travers l’image de leurs enfants et ça par contre c’est mort . Donc j’ai arrêté de suivre ces filles où je sentais qu’il y’ avait quelque chose qui n’allait pas à ce niveau là…

Mis à part ça j’en retiens vraiment que du positif et toutes ses mamans que je suis au quotidien…je ferai un autre podcast pour expliquer pourquoi c’est pas simple d’être un bisounours parce que je le suis assez ..mais voilà je suis vraiment contente d’avoir fait partie de cette communauté, de toujours en faire partie, c’est vrai que je ne suis plus de nouvelles mamans mais je garde le lien avec celles que je suis depuis un bout de temps maintenant, parce qu’ on développe des amitiés virtuelles, peut-être pas aussi poussées que certaines, qui se rencontrent, s’adorent, s’envoient des choses…mais au fond il y’ a de la bienveillance et je souhaite toujours le meilleure aux autres quoi!

Je crois que je tourne un peu en rond…mais en conclusion voilà ça a été un bon moyen de parler de choses, vider son sac, ne pas bassiner ses amis avec ça…pouvoir en parler, en parler, en parler parce que sinon c’est compliqué de passer de la vie de jeune femme à jeune maman…tu te sens comprise…beaucoup plus.

Voilà c’était mon premier podcast, pas très construit, mais je préfère être comme ça, dire les choses comme elles viennent voilà…soyez indulgents je vous en prie 😀 …j’essaierai de conserver le même format,10, 12 , 15 minutes merci de m’avoir écouter, merci de vos retours. Je vous fais des bisous et à bientôt !  »

Love.

A la recherche d’une assistante maternelle…

 

Notre fille à 9 mois. Nous sommes fin août. Je suis au chômage mais j’ai des projets et j’ai besoin de temps pour bosser ( ce qui me permettra de ne plus être au chômage car malgré de bonnes grosses journées, je souhaite reprendre une activité professionnelle.)

Nous avons commencé à chercher un mode de garde alors que j’étais enceinte de 2 mois seulement. Nous avions vu des reportages sur la difficulté de trouver des places en crèches et les alternatives vers lesquelles nous pourrions nous tourner. Mais c’est trop tôt pour avoir une place donc je m’inscris au service petite enfance de la mairie, le 1er jour de mon 6e mois de grossesse, en me disant que je me laisse au moins 1 ans pour m’occuper de ma fille donc que d’ici là il y’ aura bien un berceau qui se libérera…Dieu que je suis naïve !

Notre premier choix, comme la majorité des parents, était celui de la crèche, principalement pour la sociabilisation de notre fille qui a passé beaucoup de temps avec moi mais aussi parce que ça coûte moins cher évidemment… mais nous nous tournons donc par défaut* vers les assistantes maternelles.

[*Je tiens à préciser que je respecte la profession et qu’elles ne devraient pas être un choix par défaut parce que c’est leur métier et qu’elles se sont formées et se forment tout au long de leur carrière !]

 

tumblr_n5uijafgpc1tti72eo3_500

thefinenanny.tumblr.com

L’idée de laisser son bébé à une inconnue n’est pas facile… surtout lorsqu’on a une imagination débordante (et si elle la pose dans un coin et ne s’en occupe pas ? et si elle lui crie dessus toute la journée ?)…allez! on prend son courage à demain et on procède par étapes!

 

Etape n°1 :

J’envoie un mail à la CAF pour savoir si nous avons le droit à une aide financière puisque je suis chômage. On me répond le lendemain pour me dire OUI et me donner le montant auquel nous avons droit selon les éléments qu’ils ont (simulation selon nos revenus des deux années précedentes). Bon me voilà rassurée.

Etaape n°2 :

Je m’inscris sur le site Nounou Top qui est franchement un bon site. Il faut créer une annonce en précisant ses besoins et vous êtes contactés par des assistantes maternelles ou alors vous pouvez regarder les différents profils et les contacter vous même. Le site est gratuit mais pour certaines fonctionnalités il faut payer ce qui est normal pour le bon fonctionnement du site.

Je réponds à tout le monde, même pour répéter que nous cherchons exclusivement sur notre commune.

Nous rencontrons trois personnes et ça se passe plutôt bien avec deux (la première était horrible, c’était très sale chez elle, les jouets étaient couverts de crasse et elle n’était pas du tout avenante-néanmoins elle gardait tout de même deux petits bouts et elle m’a écrit pour dire que la 3e place n’était plus disponible…tant mieux !) mais nous ne pouvons poursuivre avec elles car elles nous demandent de leur donner une réponse rapidement et nous ne souhaitons pas nous précipiter. (normal on est début septembre elles ont d’autres rendez-vous etc…)

A ce moment on les laisse nous expliquer les aspects contractuels etc…On prend des notes mais je privilégie la  discussion, l’échange spontané , j’essaie de faire parler le ‘feeling’.

Etape n°3 :

Je lis et relis le site de Paje emploi, où je  découvre qu’on parle d’ années complètes ou incomplètes et là c’est le drame! Tout devient soudain si compliqué (car nous voulons la faire garder 3 jours par semaines), je ne sais pas ce qui est le mieux, et les congés payés ça va nous coûter combien donc je décide de me rendre au relais des assistantes maternelles (RAM) de notre ville où je reçois de super bons conseils et une liste d’ assistantes maternelles qui ont encore des places en septembre et acceptent les temps réduits.

Elle m’aide aussi à bien définir nos besoins, comprendre les aspects du contrat, les droits et devoirs de chaque partie.

Ainsi je prépare des fiches d’entretien (voici la trame fiche-entretien-am )afin de ne rien oublier et je sélectionne les assistantes maternelles qui sont à 10 minutes de chez nous. Lors du premier contact téléphonique je leur demande : si elles sont toujours disponibles ? intéressées par un contrat de 30h? elles ont un agrément pour combien d’enfants ? et si elle garde d’autres enfants ? et quand pouvons-nous nous voir ?

Etape n°4 :

Nous passons 5 entretiens, toujours tous les 3.

La première n’a pas l’air du tout impliquée, déjà au téléphone elle a été un peu sèche et puis après le rendez-vous elle devait me communiquer ses tarifs et elle ne l’a jamais fait. De tout façon ce n’est pas passé du tout.

La deuxième est super sympa et nous explique bien certains aspects du contrat, elle a l’air sérieuse, elle a 3 enfants et sa maison est accueillante et pleine de vie.

La troisième a aussi des enfants mais grands, elle est très douce, pas très expérimentée mais on sent une gentillesse extrême.Par contre on se dit que notre fille ne pourra pas jouer avec d’autres enfants et niveau activités elle ne nous a pas dit beaucoup de choses.

(elles disent toutes la même chose : 1 journée par mois au relais et parc…et les activités manuelles, l’eveil ?)

La quatrième est juste super top. Elle nous reçoit avec toute sa famille, nous montre les photos des activités qu’elle fait avec les autres enfants qu’elle garde actuellement et nous précise aussi qu’elle est très demandée…et la Chéri lui dit cash et sans qu’on ce concerte « Si vous voulez bien nous vous confions la garde de notre fille, on a pas besoin de réfléchir plus ». Bref, il est conquis ! Moi aussi mais avec plus de retenu. Nous attendons sa réponse pour la semaine d’après mais on n’y croit pas trop, on se dit qu’on a pas de chance et je me dis qu’elle n’a peut-être pas apprécié le fait que je sois avec ma fiche entretien qu’elle aurait voulu plus échangé, mais je lui ai dit que j’avais besoin de la consulter pour ne rien oublier…

La cinquième nous reçoit chez elle. On dirait un musée, c’est très austère. J’imagine notre fille posée là toute la journée. On sort et on est d’accord ce ne sera pas elle.

Étape n°5 :

On est un peu blasés, et on pense à la 4ème qui nous a vendu du rêve clairement….attendre la fin de la semaine avant d’avoir une réponse,quelle supplice, mais elle a un dernier rendez-vous.

Après notre entretien avec la 5ème dont on sort déçus, on reçoit un appel de la 4ème ! On est stressés elle va nous dire qu’elle a fait son choix et que ce n’est pas nous 😦

Et bien c’est tout à fait le contraire !!! Nous sommes soulagés et RAVIS !

Je vous raconte dans le prochain billet la suite, à savoir : la signature du contrat  et l’adaptation, en espérant que ça se passe bien parce qu’au moment où je vous écris ce n’est pas encore fait et je redoute tellement le petit détail qui gâchera tout….

Quelques conseils de ma part que vous pouvez compléter dans les commentaires je les ajouterai ! Et bien sûr j’attends de savoir comment ça s’est passé pour vous !

Conseils :

  • se renseigner au niveau de la CAF.
  • s’y prendre bien avant la date de reprise de travail.
  • ne surtout pas se précipiter.
  • lire le site pajeemploi.
  • se rendre au relais des assistantes maternelles (RAM).
  • ne pas hésiter à vous renseigner si vous connaissez des personnes qui optent pour cette méthode de garde.
  • préparer ses entretiens.
  • Aller aux entretiens à trois (parents et bébé ou pourquoi pas une tiers personne de votre famille).
  • Ne prenez pas les assistantes maternelles de haut, vous avez autant de droits et de devoirs qu’elles ! Il est important d’entretenir de bons rapports dés le départ. Vous avez des besoins, parlez-en sans vouloir les imposer
  • Contacter à nouveau le ram et ou la caf pour des questions avant la signature du contrat.
  • Quand vous appelez pour dire non à une assistante maternelle, ne mentez pas, dites juste que vous avez trouvez une personne qui correspond plus à ce que vous cherchez, pas besoin de donner plus de détails.
  • Rappelez quelque soit la réponse, ne les laissez pas attendre en vain.

 

TO BE CONTINUED….

Prendre les transports en commun avec bébé…

… Un vrai casse-tête qui demande une sacrée organisation physique ET surtout mentale !

giphy

Alors quand certains de mes chers amis parisiens, qui  rechignent à faire le trajet Belleville / Denfert-Rochereau, me demandent « Quand est-ce que tu viens avec ta puce ? » je vous avoue que j’ai un mini-malaise ….

PARCE QUE que nous habitons à 45 minutes en RER de Paris et je peux vous assurer que c’est long, avant bébé j’ai fait le trajet tous les jours pour aller au boulot pendant 1 an*… mais bon ce qui est le plus casse-boobs pénible, c’est le trajet de chez nous à la gare car le bus passe toutes les 30 minutes donc autant dire que tu ne veux pas le rater et que quand tu le rates parce qu’il passe en avance tu as juste envie de retourner te coucher et éviter tout contact avec l’humanité pendant deux semaines !

* bus + rer : 1h30 de trajet au mieux 2h avec les nombreux problèmes…juste aller hein sinon c’est pas drôle 🙂 mais vous allez me dire « personne ne t’a dit d’aller vivre aussi loin! » et je vous répondrais « mon porte-monnaie me l’a dit »

DONC le bus est toujours plein à craquer, et il y’ a toujours 3 poussettes voir plus…un vrai capharnaüm !

Je n’imaginais pas à quel point c’était dur de s’organiser avec bébé pour ces expéditions, mais je refuse que ce soit un motif pour rester chez nous et seulement aux abords de notre commune.

Voici les points que je prends en compte toujours avant une sortie de plusieurs heures :

  • L’heure à laquelle il faut que JE sois prête
  • L’heure à laquelle il faut que Bébé soit prêt
  • La météo qui définira nos tenues vestimentaire. En cas de températures trop basses on se couvre bien, mais si températures trop hautes on évite parce que les RER sont tout simplement des saunas , c’est juste irrespirable ! Déjà qu’en tant qu’adultes on lutte…je refuse de faire subir ça à bébé.
  • Les horaires de bus et de rer
  • L’heure des repas de bébé, (avant de partir en général) donc savoir ce que je mets dans le sac à langer (qui finira par peser une tonne)
  • Penser au carnet de santé, changes, gobelet, eau, lait en poudre, biberons, doliprane, jouets….
  • Poussette-cane ou porte-bébé : penser aux escaliers car toutes les gares n’ont pas d’ascenseurs pour accéder aux quais et on peut ne jamais te proposer d’aide, donc ajouter le poids du sac à langer
  • Éviter dans la mesure du possible les heures de pointe où les gens se transforment en animaux sauvages prêts à tout écraser pour rentrer chez eux
  • Prendre des jeux pour passer le temps dans le rer (parce que ma fille ne dort pas en dehors de son lit, c’était plus facile quand elle était petite jusqu’à 5 mois où je pouvais l’allaiter et elle s’endormait dans mes bras…oui je suis une folle j’allaitais dans les lieux publics sans aucuns complexes !
  • Par contre changer bébé dans le rer, non, donc si elle fait caca, ben tu as juste un peu honte…et puis ça prévient pas.

 

Voilà, du coup on ne va pas souvent sur Paris parce que le trajet est épuisant pour elle et pour moi mais de temps en temps une petite escapade ça en vaut vraiment la peine ! Je m’y rends toutes les semaines, mais seule.

Par contre je vous épargne le billet sur comment  on s’organise pour partir en vacances : c’est simple  on prend TOUT, on fait des pauses, on voyage de jour comme de nuit…