Podcast du Cœur #2 : Confiance en soi et doutes, réalisations et échecs

*Retranscription du podcast *

Salut à toutes et à tous !

Je vais essayer de faire un podcast sans faire trop de pauses, de mmmeeeehhh, de bbbbeeeeh… mais en fait c’est compliqué parce que ce n’est pas écrit à l’avance, je vous parle « à cœur ouvert »  parce que je suis « cœur de louve » (jeu de mot, jeu de mot !)…enfin voilà !

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de la confiance en soi et des doutes. Sur les choses qu’on fait, sur nos rêves, nos réalisations, et sur l’échec aussi !

Parce que justement on voit partout sur les réseaux sociaux, des messages, très beaux et inspirants, qui t’ insufflent beaucoup de courage et qui disent qu’il faut poursuivre ses rêves, qu’il ne faut pas s’attacher à des choses qui nous rendent malheureux, qu’il faut y aller, que c’est dans nos tripes, que si on veut on peut …

Moi j’adore, j’adhère, je suis même du genre à reposter, ça me motive et j’ai envie d’y croire parce que je suis une croyante ! Une croyante dans le sens premier, je ne parle pas forcément de religion quand je dis ça mais oui je suis une croyante car je crois en la bonté des gens, je crois en la capacité des gens à faire des choses bien et je n’aime pas voir les gens douter.

Pourtant je suis quelqu’un qui doute énormément  même si je fais tout pour essayer d’être positive et de me dire « allez on y va, tout va bien, tout va bien se passer  » . C’est assez paradoxal car je suis hypra optimiste!

Et justement, avant d’enregistrer, je viens de voir une vidéo de Peter Dinklage aka Tyrion aka Le nain dans Game of Thrones , qui dit que sa carrière a débuté quand il avait 29 ans, quand il a quitté son job d’informaticien, qui le rendait malheureux, qu’il n’avait pas d’argent et vivait dans un appartement minable, sans chauffage, ni internet, ni rien. Et je pense qu’un jour il en a eu mare et s’est dit qu’il allait devenir acteur coûte que coûte ! Ce qu’ il a fait ! Peter Dinklage joue actuellement dans une des plus grosses séries à succès et est adulé par beaucoup de monde grâce à sa personnalité et surtout son rôle exceptionnel.

Et donc, ouais je l’écoute parler, dire des choses fortes  « vous êtes capables, n’attendez pas, jetez-vous, c’est la peur qui vous paralyse et vous empêche de faire des choses ». Je suis là, j’écoute et y crois dur comme fer, limite j’applaudis quoi….et puis j’analyse ma propre situation.

J’ai également envie de faire des choses ! D’accomplir des choses…mais professionnellement c’est pas trop ça et je ne gagne pas si bien ma vie …j’ai l’impression d’être dans un truc qui ne me convient pas, parce que les personnes arrivent à percevoir mes doutes et à en tirer profit. Et du coup je me sens en quelque sorte paralysée, parce que OUI on peut tout plaquer tout envoyer balader du jour au lendemain et poursuivre ses rêves…mais , famille ou pas, je n’aurais pas été capable de le faire et ce n’est pas si facile de partir comme ça…franchement je ne sais pas trop comment me situer face à ces « injonctions à être heureux ». Cela peut aussi générer de la culpabilité chez les gens qui ne le sont pas, genre c’est de votre faute vous ne vous en donner pas les moyens, mais il y’a 1001 de paramètres propres à chacun qui influent sur la façon d’arriver à faire des choses ou non. Et puis il y’a le temps et la pression qu’on subit tous le jours à faire les choses dans un temps imparti , dicté par les cadres de notre société.

Je repense à mon rêve d’enfant, au métier que je voulais faire et que je veux toujours faire :  » Écrivaine » et je le disais déjà comme ça à l’époque même si on me disait que c’était une faute de français…(féminisation des termes pro dés l’age de 6 ans saaayyy whhhaaat !!!). Sauf que j’ai toujours été une élève moyenne à l’école, souvent encore je fais des fautes d’orthographe…BREF je ne m’en sentais pas capable, car pas une intello et encore aujourd’hui  je sais que je suis une fille « moyenne » sans talent…(mais je le vis bien ! enfin mieux qu’avant !)

Parfois je me dis quand même « mais pourquoi pas moi, je peux le faire ! »  et il y’a aussi mes petites sœurs, qui elles sont exceptionnelles pour le coup, qui me disent, « attend mais avec toutes tes capacités, tout ce que tu as fait, tu peux aller tellement loin »  et malgré tout j’ai du mal à y croire parce que il y’a des gens qui sont tellement doués, et qui ont tout fait donc je ne vois pas ce que je pourrais apporter de plus dans ce monde. Et je n’ai pas l’idée qui pourrait révolutionner quoi que ce soit.

Néanmoins ces derniers temps je n’étais pas super épanouie et à chaque fois que je me suis posée et que j’ai écrit en me disant « ah ça, ça pourrait être un passage dans un chapitre d’un des livres que j’écrirai » et bien figurez-vous que le lendemain j’étais submergée par un sentiment de bien être, de petit accomplissement assez jouissif ! Du coup je suis plus productive….mais pas dans mes projets puisque je suis au boulot!

Je me dis, bon c’est peut-être vrai quand même, quand on fait ce qu’on aime on se sent un peu plus libre…MAIS  encore faut-il avoir les moyens de le faire ! C’est-à-dire que moi je bosse, je mets 1h30 à l’aller et 1h30 au retour, le soir je rentre, je suis claquée et je veux aussi passer du temps avec ma fille et même si je n’avais pas ma fille je suis tellement claquée….et puis je suis un oiseau de nuit, c’est à ce moment que je trouve toute mon inspiration mais je suis dans mon lit en train de m’endormir…

Je ne me plains pas et puis peut-être que je pourrais le trouver le temps. TROUVER LE TEMPS. n’est-ce pas abominable ? non mais par exemple là, vendredi après-midi je suis posée dans mon canapé et ça fait du bien de juste se poser, après une semaine passée à se battre avec soi-même, parfois avec les autres … et c’est vrai ce que disait Peter Dinklage et ce n’est pas le premier à le dire mais n’attendons pas mais j’ai envie de dire que je fais aussi partie des personnes qui disent que chaque chose arrive à tel moment pour une raison, je ne suis pas du genre à attendre qu’il m’arrive des choses  mais je me dis aussi que si ça doit arriver ça arrivera.

Et ce que j’attends qu’il arrive, ce n’est ni la notoriété, ni la célébrité hein, je ne fais pas mes podcasts ou mon blog pour ça ; je le fais car c’est une manière d’échanger et ça fait tellement de bien parce qu’on est humain et la vie qu’on mène actuellement nous pousse à avoir moins de lien…mais voila ce que je veux :

Faire quelque chose d’inspirant, faire quelque chose pour les autres…un projet qui rassemble les gens, toute sort de personne hein pas de lieu tenu QUE par et pour les bobos (ouais la gentrification m’énerve !) un projet et un lieu bienveillant et emplie de gentillesse…mais bon je divague, je ne sais pas si vous avez compris, ce podcast qui na ni queue ni tête !

Il faut qu’on travaille à garder confiance en soi et aux autres, parce que tellement de facteurs déstabilisants ! Ne pas se laisser faire par des personnes qui tentent de vous rabaisser quand il vous arrive de bonnes choses! Il faut continuer, être heureux, continuer ou devenir heureux, parce que ce n’est pas facile tous les jours dans cette société qui nous tracte et nous épuise. Il y’a toujours malheureux certes mais il y a toujours mieux, donc il ne faut pas se contenter mais ne pas aussi se rendre malheureux à essayer d’atteindre quelques objectifs.

Il faut faire une part de travail et se laisser porter aussi (voilà that’s my jam!)

Je vous embrasse ! Au prochain podcast !

 

Podcast du Cœur #1 : LES INSTAMOMS !

Voilà ! Il est tout prêt mon premier podcast ! Quel exercice plaisant !!! Et bien j’espère que ce ne sera pas trop agaçant à écouter …sinon j’ai été sympa , la retranscription est juste après 😉 !

« Salut à vous qui m’écoutez ! Bienvenus sur ce premier podcast !

Alors je n’ai pas encore trouver de nom (entre temps si !) donc ce sera juste les podcasts de Cœur de louve… je vais essayer de ne pas être trop longue je sais que tout le monde à beaucoup de choses à faire, pas beaucoup de temps, on court, on court, on court…donc voilà c’est vraiment un moyen pour moi de partager des choses en live mais de ne pas le faire en vidéo, comme ça pas obligée de me maquiller …. là par exemple j’ai une gueule horrible, je suis absolument affreuse mais ça vous ne pouvez pas le voir donc c’est top.

Pour ce tout premier podcast j’aimerai parler des Instamoms : Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme désigne les mamans ou futurs mamans sur instagram. Je voulais un peu vous raconter comment j’en suis devenue une même, si c’est chiant et bizarre de dire cela et d’étiqueter les gens (cf .Je ne suis pas qu’une mère, ne vous en déplaise.) Loin de moi l’envie de critiquer mais juste envie de vous faire part de mon expérience.

Premièrement , j’ai commencé à utilisé Instagram vers 2013, bien avant de tomber enceinte…je partageais deux ou trois choses sans être particulièrement active quotidiennement. Mais avant de tomber enceinte je passais beaucoup de temps sur les forums pour justement discuter avec de personnes qui partageaient un petit peu les mêmes questionnement…d’ailleurs cela avait commencé avec mon contraceptif, le stérilet Mirena, avec lequel je rencontrais quelques problèmes… donc je parlais avec des jeunes filles à ce sujet. Puis quand le désir d’enfant à commencé à se faire présent, j’ai quand même pu en discuter avec des jeunes femmes sur doctissimo et cela m’a beaucoup aidé à formuler certaines choses que je ne pouvais pas forcément formuler à mes amis, qui n’en étaient pas forcément là. Et en fait c’est assez simple de dire des choses assez librement à des gens qu’on ne connaît pas c’est même beaucoup plus simple , ce qui est très étrange…

Voilà comment j’ai commencé à parler avec un groupe de cinq filles sur doctissimo puis nous sommes passées sur facebook puisqu’on a découvert qu’une des filles nous mentait, pas du tout enceinte, ni de véritable désir de l’être , on s’est même posé la question de savoir si c’était un homme!). Et quand je suis tombée enceinte et que ça a commencé à se voir, c’est vrai que j’ai eu envie de le montrer. Je me souviens de cette première photo sur instagram, je devais être enceinte de 4 mois avec mon tout petit bidon…d’ailleurs certaines personnes ont appris ma grossesse comme ça …parce que je ne savais pas comment l’annoncer…surtout que le début de grossesse fut compliqué…mais bon voilà….et s’en sont suivis les hashtags #novembrette2015 & cie et par la j’ai découvert d’autres mamans et futurs novembrettes (femmes enceintes dont la date prévue d’accouchement était prévue en novembre) mais pas que ! Et j’ai rapidement trouvé que c’était un univers rassurant, assez magique, parce que voilà même si j’avais une de mes amies enceinte en même temps que moi, on était pas si proche que ça (géographiquement) donc on arrivait à parler via whatsapp mais voilà besoin d’en parler encore et encore… plus on en parle et plus on peut faire face à ses craintes donc c’était vraiment top. Pouvoir échanger sous les posts de chacune, sur des questions diverses et des craintes qu’on a depuis le premier jour de notre grossesse ben mine de rien c’est précieux.

Ce fut également réconfortant sur les dernières semaines de grossesses où l’attente se fait longue, surtout quand c’est un premier enfant…et puis non, même je pense que c’est aussi long pour un deuxieme, voir plus j’en sais rien encore (oh ce joli lapsus) mais voilà c’était super drôle de voir les jours passer et de voir que telle fille avait accouché et que toi c’était bientôt ton tour sans savoir quand exactement. Donc t’es content mais pas mal frustré…mais beaucoup de joie également. C’est bizarre de ressentir autant de joie pour des personnes qu’on ne connait pas et voilà c’est un sentiment qui se poursuit après notamment celles qu’on continue à suivre et avec qui on partage toujours nos joies et craintes de jeunes mamans et de jeunes parents, et dieu sait que ce n’est pas évident quand on a peur, quand il y’a les premiers rhumes de bébé quand…il y’a tout pleins de craintes qui passent enfin c’est vrai que c’est super compliqué…Mais moi je trouve que ça a été vraiment une expérience positive il y’a toujours des instamoms que je suis depuis, même si j’ai enlevé toutes les photos de ma fille et de grossesse et décidé de faire un compte insta plus tournée vers ma figure, que je n’aime pas forcément, mais justement je trouve que c’est un autre processus, ça fait partie d’une autre étape de ma vie et ça m’aide tout autant que ça m’a aidé pendant ma grossesse.

Même si il y’a eu un truc très bizarre que j’ai pu remarquer : de la malveillance de certaines mamans qui se permettent de faire des jugements sur d’autres et de façon assez brutale, et donc tu ne comprends pas trop ce qu’il se passe. Je n’ai jamais été prise a partie ou cible de ces choses là, peut-être parce que je n’ai pas beaucoup de followers et puis j’étais en profil privé…beaucoup de choses très très méchantes que je prenais très à cœur même pour des mamans que je ne connais pas dans la réalité mais que je suis et pour lesquelles j’ai vraiment de l’affection. Voilà ça c’est un côté très pénible ..ou alors il y’a des mamans qui, si tu oublies de liker une seule de leur photo, tu sens qu’elle te lance des piques, c’est jamais direct, elle sont toujours en train de se plaindre des autres mamans et tu sens un besoin de reconnaissance super malsain, qui se fait à travers l’image de leurs enfants et ça par contre c’est mort . Donc j’ai arrêté de suivre ces filles où je sentais qu’il y’ avait quelque chose qui n’allait pas à ce niveau là…

Mis à part ça j’en retiens vraiment que du positif et toutes ses mamans que je suis au quotidien…je ferai un autre podcast pour expliquer pourquoi c’est pas simple d’être un bisounours parce que je le suis assez ..mais voilà je suis vraiment contente d’avoir fait partie de cette communauté, de toujours en faire partie, c’est vrai que je ne suis plus de nouvelles mamans mais je garde le lien avec celles que je suis depuis un bout de temps maintenant, parce qu’ on développe des amitiés virtuelles, peut-être pas aussi poussées que certaines, qui se rencontrent, s’adorent, s’envoient des choses…mais au fond il y’ a de la bienveillance et je souhaite toujours le meilleure aux autres quoi!

Je crois que je tourne un peu en rond…mais en conclusion voilà ça a été un bon moyen de parler de choses, vider son sac, ne pas bassiner ses amis avec ça…pouvoir en parler, en parler, en parler parce que sinon c’est compliqué de passer de la vie de jeune femme à jeune maman…tu te sens comprise…beaucoup plus.

Voilà c’était mon premier podcast, pas très construit, mais je préfère être comme ça, dire les choses comme elles viennent voilà…soyez indulgents je vous en prie 😀 …j’essaierai de conserver le même format,10, 12 , 15 minutes merci de m’avoir écouter, merci de vos retours. Je vous fais des bisous et à bientôt !  »

Love.