Expo – « La lutte » de l’artiste Josué Comoe

Cela fait deux semaines que je voulais écrire sur cette exposition. Mais il était peut être un peu trop tôt…trop tôt…ce n’est pas vraiment pas dans l’ère du temps de le prendre justement, quand chacun écrit et publie instantanément tout ce qu’il vit. Ici, sur mon blog, mon espace, le vôtre aussi, on prend son temps.

Et j’ai aussi pris le temps dernièrement de renouer avec l’art sous toutes ses formes. Un besoin vital. Mais trêve de blabla, enfin non continuons le blabla mais centrons- le sur cette exposition que j’ai été voir à l’espace 33, rue Bouret dans le 19e arrondissement de Paris, un jeudi de mai. C’était l’avant dernier jour et je m’en serais voulue à vie si je n’y avais pas été !

Je pensais arriver et, comme dans certaines galeries, être seule face à des toiles, croiser l’artiste et lui exprimer mon admiration ( mouais je suis tellement timide que je lui aurais juste esquissé un sourire flippant). Mais ce n’était pas le cas ! Une dizaine de personnes déambulaient, prenaient des photos, des Snaps … je désapprouve quand on prend vraiment TOUT en photo donc ok on en prend une ou deux puis on vit le truc.

J’ai moi même pris cette photo qui illustre ce billet et je vous explique pourquoi.

Cette pièce faite avec un stylo, m’a mis un coup de poing, oui vraiment, je l’ai senti dans le creux de mon ventre, brutal et déstabilisant. Cette sensation d’avoir mal, de vouloir pleurer mais de ravaler ces larmes et tenir ma tête bien haut afin d’affronter …une menace. ( La photo ne pourra pas retranscrire l’émotion de se retrouver en face et de voir tous les détails).

J’ai pu suivre depuis plusieurs mois, le travail et les questionnements, positionnements de cet artiste, sur les réseaux sociaux mais je n’avais pas vu ces pièces là.

Et c’est ce que j’aime. Quand une œuvre te parle directement, par l’émotion pure et inexpliquée.

Car nous avons eu la chance d’échanger avec l’artiste qui nous a partagé son parcours et la naissance de ses œuvres. Quand il a parlé de ces toiles créées au stylo, nous avons pu comprendre le processus de création et les sentiments l’accompagnant et j’ai été émue encore une fois. Différents degrés de lecture. Une seule émotion.

Nous avons eu la chance d’avoir les éclairages par l’artiste de son œuvre et cela m’a beaucoup touché car j’ai fait des études en médiation culturelle et rendre accessible toutes les œuvres est d’une importance fondamentale pour moi.

Après j’attache une grande importance aux ressentis et premières impressions avant d’avoir le contexte de création autour de l’oeuvre.

Sans tout vous dire, Josué Comoe raconte à son auditoire qu’il était en colère à ce moment. Aujourd’hui je lui réponds que j’ai reçu ses sentiments en pleine face, que face à ce triptyque il a touché 1000 âmes dans leur singularité tout en éveillant un sentiment sûrement universel.

N’est-ce donc pas à la fois la chose la plus magique pour nous, êtres de sens, dans un monde qui nous déshumanise ? ( Question claire ou pas ? Lol).

La parole complète et précise, mais sincèrement, je vous invite à découvrir cet artiste dont il me tarde de voir où ses prochaines œuvres nous porteront.

Ma Semaine avec « L’Afrique Enchantée »

J’aime les réseaux sociaux, je n’aime pas le fait d’y passer trop de temps cf. ma “digital detox”  mais franchement il y’ a un certain bénéfice notamment pour les manifestations culturelles qui sont relayées.

Ainsi  Facebook, nous notifie que nous avions marqué de l’intérêt pour un événement il y’a quelques temps donc selon notre disponibilité, notre budget on peut se décider à finalement y aller. Cela permet aussi d’effectuer un tri car il est difficile de s’y retrouver lorsque comme moi on est intéressée par la multitude des événements autour de nous.

La situation se présenta donc pour l’événement du Bal de l’Afrique Enchantée. L’envie de me rendre à un de ces bals date d’il y’ a longtemps malheureusement toujours un empêchement…. »Bon ben j’irai au prochain » et au prochain je n’y étais pas…grrrrr !

Le bal est une prolongation de « L’Afrique Enchantée »  une émission radio diffusée sur France Inter jusqu’en 2015, une balade musicale hebdomadaire, abordant différents thème relatifs au continent africain,  que je vous invite à découvrir ici.

J’ai découvert cette émission grâce à ma mère qui était amie avec Corinne Gorse aka Kriss, animatrice sur France Inter, avec qui je discutais de mes projet de mémoires de fin d’études et de mon désir de travailler sur des sujets africains. C’est avec beaucoup d’émotion que je pense à elle…

Alors en cette semaine d’Octobre, j’éprouve le besoin de faire une sortie culturelle car je suis en manque! Et là apparaît sur Facebook la page d »un évenement organisé, une conférence « Quand l’Afrique se raconte en musiques » donnée par Vladimir Cagnolari, co-producteur et animateur de l’émission l’Afrique Enchantée . Sans aucune hésitation j’appelle le Festival d’Ile de France qui l’organise pour réserver une place.

14672866_10155306303399829_161062307_o.jpg

Et quel moment fabuleux! J’ai l’impression de me retrouver dans ma chambre étudiante de 9m2,  d’écouter les émissions de Vladimir et Soro Solo et j’éprouve beaucoup d’émotions à l’écoute de cette voix entrecoupée d’extraits musicaux chargés d’histoire, de l’histoire de ce continent vaste…Je fais le lien avec les fêtes du nouvel an de mon enfance, avec les amis de mes parents qui dansaient sur des rythmes cubains et avec une technique parfaite…beaucoup de choses enfouies refont surface…ces airs que ma mère fredonnait, des airs qui nous accompagnaient quotidiennement, les débats interminables de mon père et des « tontons ».

1h30 qui ont eu l’air d’être 5 minutes. Ce n’était qu’une mise en bouche. Je veux continuer ce joli périple alors je me décide enfin à prendre des places pour le Bal qui a lieu le 9 octobre 2016 et qui marquera la clôture du festival! J’embarque ma mère, une amie à elle, une amie à moi…nous sommes prêtes !

14494899_1231255223597269_5479807527537750511_n

Rendez-vous au Trianon. Nous arrivons pile au moment où « Les mercenaires de l’ambiance », Vladimir, Soro Solo et la nièce Hortense ouvrent le Bal. Ils sont sur scène, la salle se remplit instantanément et c’est parti pour 3heures de musique et de danse.Hortense, Vladimir et Soro interviennent rapidement entre chaque morceaux pour nous conter quelques anecdotes sur ces derniers.

Sur scènes sont aussi invités des artistes époustouflants :  Baloji, Manu Dibango, Yuri Buenaventura et Mamani Keïta !

Un moment inoubliable !!! Surtout lorsque Vladimir me fait monter sur scène avec mon amie …On se retrouve face à une salle comble, les percussions accélère et mon corps répond ! Je n’arrive pas à y croire mais je danse, bouge mes fesses en mode « ventilateur » …je pense que ma mère ne m’a jamais vu danser comme ça ! 🙂

Olivier off-photography.jpg

© Olivier Off Photography

Nous sortons épuisées mais tellement heureuses! J’ai l’impression que mon énergie s’est décuplée et je sais que c’est ce que je veux vivre, tout le temps, ce genre de communion,c’est ce que je veux  ce que je recherche tout le temps!

Si vous voulez être transportés, voyager sans payer un billet d’avion je vous prescris un prochain bal !!!

Rendez vous sur leur page Facebook pour des informations sur les prochains événements enrichissants !

Par ici !

Et pour information, Soro Solo anime une émission « Soro en Solo » sur France Inter à 22h vous pouvez cliquer ici pour réécouter ses émissions !

ENJOY !