Podcast du Cœur #1 : LES INSTAMOMS !

Voilà ! Il est tout prêt mon premier podcast ! Quel exercice plaisant !!! Et bien j’espère que ce ne sera pas trop agaçant à écouter …sinon j’ai été sympa , la retranscription est juste après 😉 !

« Salut à vous qui m’écoutez ! Bienvenus sur ce premier podcast !

Alors je n’ai pas encore trouver de nom (entre temps si !) donc ce sera juste les podcasts de Cœur de louve… je vais essayer de ne pas être trop longue je sais que tout le monde à beaucoup de choses à faire, pas beaucoup de temps, on court, on court, on court…donc voilà c’est vraiment un moyen pour moi de partager des choses en live mais de ne pas le faire en vidéo, comme ça pas obligée de me maquiller …. là par exemple j’ai une gueule horrible, je suis absolument affreuse mais ça vous ne pouvez pas le voir donc c’est top.

Pour ce tout premier podcast j’aimerai parler des Instamoms : Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme désigne les mamans ou futurs mamans sur instagram. Je voulais un peu vous raconter comment j’en suis devenue une même, si c’est chiant et bizarre de dire cela et d’étiqueter les gens (cf .Je ne suis pas qu’une mère, ne vous en déplaise.) Loin de moi l’envie de critiquer mais juste envie de vous faire part de mon expérience.

Premièrement , j’ai commencé à utilisé Instagram vers 2013, bien avant de tomber enceinte…je partageais deux ou trois choses sans être particulièrement active quotidiennement. Mais avant de tomber enceinte je passais beaucoup de temps sur les forums pour justement discuter avec de personnes qui partageaient un petit peu les mêmes questionnement…d’ailleurs cela avait commencé avec mon contraceptif, le stérilet Mirena, avec lequel je rencontrais quelques problèmes… donc je parlais avec des jeunes filles à ce sujet. Puis quand le désir d’enfant à commencé à se faire présent, j’ai quand même pu en discuter avec des jeunes femmes sur doctissimo et cela m’a beaucoup aidé à formuler certaines choses que je ne pouvais pas forcément formuler à mes amis, qui n’en étaient pas forcément là. Et en fait c’est assez simple de dire des choses assez librement à des gens qu’on ne connaît pas c’est même beaucoup plus simple , ce qui est très étrange…

Voilà comment j’ai commencé à parler avec un groupe de cinq filles sur doctissimo puis nous sommes passées sur facebook puisqu’on a découvert qu’une des filles nous mentait, pas du tout enceinte, ni de véritable désir de l’être , on s’est même posé la question de savoir si c’était un homme!). Et quand je suis tombée enceinte et que ça a commencé à se voir, c’est vrai que j’ai eu envie de le montrer. Je me souviens de cette première photo sur instagram, je devais être enceinte de 4 mois avec mon tout petit bidon…d’ailleurs certaines personnes ont appris ma grossesse comme ça …parce que je ne savais pas comment l’annoncer…surtout que le début de grossesse fut compliqué…mais bon voilà….et s’en sont suivis les hashtags #novembrette2015 & cie et par la j’ai découvert d’autres mamans et futurs novembrettes (femmes enceintes dont la date prévue d’accouchement était prévue en novembre) mais pas que ! Et j’ai rapidement trouvé que c’était un univers rassurant, assez magique, parce que voilà même si j’avais une de mes amies enceinte en même temps que moi, on était pas si proche que ça (géographiquement) donc on arrivait à parler via whatsapp mais voilà besoin d’en parler encore et encore… plus on en parle et plus on peut faire face à ses craintes donc c’était vraiment top. Pouvoir échanger sous les posts de chacune, sur des questions diverses et des craintes qu’on a depuis le premier jour de notre grossesse ben mine de rien c’est précieux.

Ce fut également réconfortant sur les dernières semaines de grossesses où l’attente se fait longue, surtout quand c’est un premier enfant…et puis non, même je pense que c’est aussi long pour un deuxieme, voir plus j’en sais rien encore (oh ce joli lapsus) mais voilà c’était super drôle de voir les jours passer et de voir que telle fille avait accouché et que toi c’était bientôt ton tour sans savoir quand exactement. Donc t’es content mais pas mal frustré…mais beaucoup de joie également. C’est bizarre de ressentir autant de joie pour des personnes qu’on ne connait pas et voilà c’est un sentiment qui se poursuit après notamment celles qu’on continue à suivre et avec qui on partage toujours nos joies et craintes de jeunes mamans et de jeunes parents, et dieu sait que ce n’est pas évident quand on a peur, quand il y’a les premiers rhumes de bébé quand…il y’a tout pleins de craintes qui passent enfin c’est vrai que c’est super compliqué…Mais moi je trouve que ça a été vraiment une expérience positive il y’a toujours des instamoms que je suis depuis, même si j’ai enlevé toutes les photos de ma fille et de grossesse et décidé de faire un compte insta plus tournée vers ma figure, que je n’aime pas forcément, mais justement je trouve que c’est un autre processus, ça fait partie d’une autre étape de ma vie et ça m’aide tout autant que ça m’a aidé pendant ma grossesse.

Même si il y’a eu un truc très bizarre que j’ai pu remarquer : de la malveillance de certaines mamans qui se permettent de faire des jugements sur d’autres et de façon assez brutale, et donc tu ne comprends pas trop ce qu’il se passe. Je n’ai jamais été prise a partie ou cible de ces choses là, peut-être parce que je n’ai pas beaucoup de followers et puis j’étais en profil privé…beaucoup de choses très très méchantes que je prenais très à cœur même pour des mamans que je ne connais pas dans la réalité mais que je suis et pour lesquelles j’ai vraiment de l’affection. Voilà ça c’est un côté très pénible ..ou alors il y’a des mamans qui, si tu oublies de liker une seule de leur photo, tu sens qu’elle te lance des piques, c’est jamais direct, elle sont toujours en train de se plaindre des autres mamans et tu sens un besoin de reconnaissance super malsain, qui se fait à travers l’image de leurs enfants et ça par contre c’est mort . Donc j’ai arrêté de suivre ces filles où je sentais qu’il y’ avait quelque chose qui n’allait pas à ce niveau là…

Mis à part ça j’en retiens vraiment que du positif et toutes ses mamans que je suis au quotidien…je ferai un autre podcast pour expliquer pourquoi c’est pas simple d’être un bisounours parce que je le suis assez ..mais voilà je suis vraiment contente d’avoir fait partie de cette communauté, de toujours en faire partie, c’est vrai que je ne suis plus de nouvelles mamans mais je garde le lien avec celles que je suis depuis un bout de temps maintenant, parce qu’ on développe des amitiés virtuelles, peut-être pas aussi poussées que certaines, qui se rencontrent, s’adorent, s’envoient des choses…mais au fond il y’ a de la bienveillance et je souhaite toujours le meilleure aux autres quoi!

Je crois que je tourne un peu en rond…mais en conclusion voilà ça a été un bon moyen de parler de choses, vider son sac, ne pas bassiner ses amis avec ça…pouvoir en parler, en parler, en parler parce que sinon c’est compliqué de passer de la vie de jeune femme à jeune maman…tu te sens comprise…beaucoup plus.

Voilà c’était mon premier podcast, pas très construit, mais je préfère être comme ça, dire les choses comme elles viennent voilà…soyez indulgents je vous en prie 😀 …j’essaierai de conserver le même format,10, 12 , 15 minutes merci de m’avoir écouter, merci de vos retours. Je vous fais des bisous et à bientôt !  »

Love.

13-Le jour où nous sommes devenus parents !

 

damon wayans baby GIF

Oui ça c’est passé comme ça, à quelques détails près….

Novembre 2015 ! Ce fût un mois long et difficile pour tous…(cf.billet précédent sur les attentats de paris) Pour ma part, j’étais dans une bulle…une sorte de longue méditation/concentration sur l’arrivée imminente de bébé.

Imminente ?

Beaucoup de femmes sont impatientes à peine le 9ème mois entamé (j’ai pu l’observer sur les réseaux sociaux) et j’ai essayé de ne pas l’être, de rester zen « Elle arrivera quand elle voudra », « Mais oui j’ai hâte mais ça va »…

Mais à partir des 39 SA, pfiooooouuuuu que le temps devient long, tout est prêt, on sort moins, on tourne en rond….et surtout on a hâte de découvrir bébé (surtout si comme moi à la 3e écho on a rien vu)…Mais vraiment, FLEMME de faire le ménage tous les jours, boire des mixtures miracles ou marcher des kilomètres pour déclencher le travail….donc j’ai attendu hein (en regardant Grey’s Anatomy)…Bon j’ai quand même été voir les sages femmes en prétextant sentir quelque chose de bizarre et avec étonnement je me suis entendue dire que j’avais des contractions non douloureuses et un col ouvert à 1.

La date du terme est prévue le 28 novembre. Dernier monitoring de contrôle le 20 novembre. On me donne le prochain rendez-vous le jour du terme puis un autre à j+2 et déclenchement prévu à j+3.

Ma sœur :  » T’inquiète le 25 novembre c’est pour toi »

Moi : « Ouais en plus il y’ a la pleine lune  »  (Je suis une louve une vraie quoi)

Le 23 je perds un peu du bouchon muqueux…le 24 aussi mais bon ça ne veut rien dire ça peut durer encore longtemps… le soir je mange un bon thiep et je mange du piment pour la première fois depuis toute ma grossesse.

Et  à 2 h du matin, le 25 novembre donc, je ressens une sensation bizarre : ça chauffe au niveau de mes ovaires…comme avant ou au début des règles…c’est très léger mais la douleur augmente légèrement… « ça s’en va et ça  revient ».

Il n’y a AUCUN DOUTE dans ma tête…le travail commence!!!!

J’ai envie d’aller à la selle deux fois (chose bizarre pour une constipée comme moi lol) ça chauffe comme quand ton corps te signale que tu vas surement faire une bonne diarrhée… et je perds le reste de mon bouchon muqueux.

1 h après la douleur est plus forte, mais bien supportable, mais je suis trop excitée alors je me lève et j’utilise mon application pour compter les contractions…environ toutes les 10 minutes je ressens une douleur perceptible au loin qui s’intensifie puis repart

Vous voyez les vagues qui s’approchent du rivage et repartent ? Bah ça !

2 h après donc à 06h00 j’appelle la maternité pour avoir leur avis, faut-il partir maintenant ou attendre le plus possible à la maison. J’habite à 45 minutes et avec Chéri, nous redoutions de partir aux heures de pointe.

Ce dernier se réveille et se prépare à aller bosser. Je lui dis que c’est surement pour aujourd’hui mais pas maintenant… Je veux qu’il reste mais il prépare sa gamelle pour midi et va bosser. Je prends ma douche et vérifie les sacs…à 08h je lui envoie un texto « tu peux revenir j’ai trop mal »…il venait d’arriver au boulot et a donc fait demi-tour.

Sur mon appli je note des contractions toutes les 5-7 minutes. Chéri arrive mais comme il est 08h30 je lui dis que je peux attendre, parce qu’on se retrouverait dans les bouchons. Donc je continue à me préparer mais maintenant je ne peux plus marcher quand j’ai une contraction…On part à 10h…et il y’ a des bouchons car pluie donc accident…à ce moment là je suis en fou rire tellement j’ai mal (oui je réagis comme ça à la douleur!)

Nous arrivons aux urgences de la maternité de Port-Royal vers 11h15 et il n’y a personne dans la salle d’attente donc on est pris en charge rapidement. On nous installe pour faire un monitoring…qui dit que j’ai des contractions toutes les 10minutes…alors que je les ressens toutes les 5…bref col ouvert à deux…

Je me dis « On va nous renvoyer chez nous  » et j’ai pas envie, je suis fatiguée de ma nuit blanche et la sage -femme nous dit « Bon pour faire avancer le travail, allez marcher deux heures revenez pour 14h »

Et bien nous avons été faire cette longue promenade… 1h seulement! J’avais tellement mal ! J’étais avec mon long manteau à capuche sur le boulevard de Port-Royal et je m’agrippais à Chéri à chaque contraction… j’ai du m’immobiliser au milieu du passage piéton en attendant qu’une passe. Les gens nous regardaient avec des yeux ronds et certains avec des sourires, comprenant bien ce qu’il se passait. 🙂

A 13h on retourne à la maternité et je suis ouverte à 3 !!! Je fais du ballon jusqu’à 15h, on se tape des fous rires avec Chéri parce que à l’arrivée d’une contraction je lui sors  » ça va c’est pas si douloureux »  pour que deux secondes après tout mon corps se repli sur lui même…et  donc examen du col à 15h et …je suis ouvert à  4  !ce qui veut dire PERIDURAAAAALLLLLLE! C’était acté since day 1 !

La pose est non douloureuse et je ne stresse pas car on m’a fait une rachi anesthésie en août pour une opération, j’étais enceinte de 5 mois donc quasiment la même chose. Je demande à me mettre en tailleur pour être mieux. Et c’est parti ! Je gère les doses de la péri avec la télécommande, je suis soulagée, on dort, on ri, on est tout excités, les sage-femmes sont trop cools….Tout va bien, on me perce la poche des eaux…on me sonde pour uriner (je n’étais pas prévenue de cette procédure aux préparations mais booon la vie et son lot de surprises !)

Tout va bien vraiment jusqu’à un moment dans la nuit ou j’ai mal, mais MAL…au rein droit quand je suis sur le côté gauche et vice versa. L’anesthésiste de nuit arrive et constate que la péri coulait a côté. Il la remet bien, ça va mieux..pendant 5 minutes…puis ça recommence. Je rappelle, la sage femme et l’anesthésiste ont l’air blasés, et même si je leur assure que j’ai mal…ils roulent des yeux et je me sens de plus en plus mal…j’ai froid mais j’ai les jambes brulantes et j’ai de la fièvre.

Le cœur de bébé bat trop vite…Elle me dit qu’on attend encore un peu mais sinon je suis candidate à la césarienne. A ce moment là, il n’y a personne que je déteste plus au monde mais je gère mes émotions. Chéri je ne l’entend plus, il est plus abattu que moi. On reste silencieux pendant 1h environ. La SF revient pour me dire qu’elle va accoucher une autre femme donc une autre SF va venir me surveiller. Cette dernière arrive, je l’aime bien, elle dégage une bonne vibe alors je me détends, malgré certaines contractions très fortes dans les reins. A ce moment je suis très calme, avec du recul je me rends compte de la maitrise de mes émotions malgré tout et j’en suis pas peu fière. Je regarde la nouvelle SF dans les yeux et  lui dis calmement « Je veux essayer de pousser » donc elle m’examine et elle me dit « Ok ma belle on s’installe ».

Avec la péridurale, pas possible d’accoucher à 4 pattes comme je le voulais, et comme j’en avais envie à ce moment là. Quelque chose de quasi bestial…ça aurait été magnifique mais bon…me voici les pattes en l’air et j’enchaîne 30 minutes de poussées incroyables!

Je ne savais pas que je pouvais tenir si longtemps en apnée… 1 contraction : 1 poussée…Les SF m’encouragent, elles sont impressionnées (ou alors font genre), et Chéri s’avère être d’une très grande aide, pas que j’en doutais mais un petit peu. En m’imaginant cet instant, je me disais que ça me gaverait d’entendre les encouragements…mais ça m’a vraiment donné une force de fou !

J’étais donc méga concentrée : les yeux fermés, je pensais à une cascade, des flashs de moments de vie joyeux, tout en réalisant que ce que je vivais là était IN-CROY-ABLE) et je me sentais bien, je sentais ce qu’il se passait et une sensation de bien être assez mystique m’envahissait.

J’ai un souvenir de mon accouchement très « lumineux »  et chaleureux et la grosse lumière au dessus de ma tête n’y est pas pour rien j’en suis persuadée mais vraiment indescriptible…

En réalité ce qu’il se passait était un peu plus « sport » : Une fois la tête sortie, les épaules avaient du mal a passer donc les sages femmes qui étaient maintenant 6 ou 7 ont appelé la cheffe, une petite femme toute menue d’au moins 1m60, qui est venue faire une manœuvre (Jacquemier)  et une d’entre elle appuyait en même temps sur mon ventre…(Chéri m’a raconté plus tard en me disant que c’était impressionnant tout de même). Cette manœuvre consiste à aller chercher un des bras du bébé et effectuer une rotation pour le sortir. Ma fille a eu la clavicule légèrement fissurée ça s’est remis tout seul.

Puis j’entends Chéri me dire, la voix pleine de sanglot « Elle arrive, elle arrive…elle est là!’ et on me la dépose sur moi, je sens cette masse chaude, et j’éclate en sanglot…bonheur suprême…Chéri coupe le cordon, alors qu’il avait dit qu’il ne le ferait pas 🙂

Je vois une Sage Femme la prendre, prête à sortir de la salle, je me dit « Elle ne respire pas, non » mon cœur se serre immédiatement et là, elle pousse son premier cri, alors la sage femme s’arrête et fait demi-tour…. nos cœurs se remplissent instantanément d’une tonne d’ amour ! Nous sommes tellement heureux et avons du mal à y croire. Moi je veux la voir, je veux voir à quoi elle ressemble, comment elle est après tant de temps à essayer de la deviner, à lui parler, à la sentir faire du step dans mon bide…mais bon il y’ a un peu de couture à faire dans une certaine zone (déchirure naturelle) et délivrance manuelle du placenta, ça veut dire que j’ai eu un bras introduit pour racler les paroi car si un bout de placenta reste accroché ben tu peux en mourrir……brrrrrrr (en plus c’est la SF connasse qui est revenue pour ça, et la cheffe qui a fait la vérification donc deux révisions ! yeahi).

Malgré les sensations étranges et la douleur (sans le reste de la péridurale, ça aurait été plus douloureux) je suis bien, je ris, je me tords pour essayer de la voir alors qu’ils lui font les premiers soins.

Le début d’une nouvelle vie.

Ci-dessous le message de naissance que nous avons envoyé :

«  C’est en ajoutant ses 52 cm et ses 3.980 kgs à nos vies que Jessa donné naissance à une maman et un papa, le 26 novembre 2015 à 05h00. Nous sommes comblés. K & A  »

(Huuuum Chocolaaaaaaaat ! du chocolatier Jadis et gourmande ! Joli cadeau qu’on s’est empressé de prendre en photo et qu’on a mangé !!!!)

20151127_180818