Podcast du Cœur #1 : LES INSTAMOMS !

Voilà ! Il est tout prêt mon premier podcast ! Quel exercice plaisant !!! Et bien j’espère que ce ne sera pas trop agaçant à écouter …sinon j’ai été sympa , la retranscription est juste après 😉 !

« Salut à vous qui m’écoutez ! Bienvenus sur ce premier podcast !

Alors je n’ai pas encore trouver de nom (entre temps si !) donc ce sera juste les podcasts de Cœur de louve… je vais essayer de ne pas être trop longue je sais que tout le monde à beaucoup de choses à faire, pas beaucoup de temps, on court, on court, on court…donc voilà c’est vraiment un moyen pour moi de partager des choses en live mais de ne pas le faire en vidéo, comme ça pas obligée de me maquiller …. là par exemple j’ai une gueule horrible, je suis absolument affreuse mais ça vous ne pouvez pas le voir donc c’est top.

Pour ce tout premier podcast j’aimerai parler des Instamoms : Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme désigne les mamans ou futurs mamans sur instagram. Je voulais un peu vous raconter comment j’en suis devenue une même, si c’est chiant et bizarre de dire cela et d’étiqueter les gens (cf .Je ne suis pas qu’une mère, ne vous en déplaise.) Loin de moi l’envie de critiquer mais juste envie de vous faire part de mon expérience.

Premièrement , j’ai commencé à utilisé Instagram vers 2013, bien avant de tomber enceinte…je partageais deux ou trois choses sans être particulièrement active quotidiennement. Mais avant de tomber enceinte je passais beaucoup de temps sur les forums pour justement discuter avec de personnes qui partageaient un petit peu les mêmes questionnement…d’ailleurs cela avait commencé avec mon contraceptif, le stérilet Mirena, avec lequel je rencontrais quelques problèmes… donc je parlais avec des jeunes filles à ce sujet. Puis quand le désir d’enfant à commencé à se faire présent, j’ai quand même pu en discuter avec des jeunes femmes sur doctissimo et cela m’a beaucoup aidé à formuler certaines choses que je ne pouvais pas forcément formuler à mes amis, qui n’en étaient pas forcément là. Et en fait c’est assez simple de dire des choses assez librement à des gens qu’on ne connaît pas c’est même beaucoup plus simple , ce qui est très étrange…

Voilà comment j’ai commencé à parler avec un groupe de cinq filles sur doctissimo puis nous sommes passées sur facebook puisqu’on a découvert qu’une des filles nous mentait, pas du tout enceinte, ni de véritable désir de l’être , on s’est même posé la question de savoir si c’était un homme!). Et quand je suis tombée enceinte et que ça a commencé à se voir, c’est vrai que j’ai eu envie de le montrer. Je me souviens de cette première photo sur instagram, je devais être enceinte de 4 mois avec mon tout petit bidon…d’ailleurs certaines personnes ont appris ma grossesse comme ça …parce que je ne savais pas comment l’annoncer…surtout que le début de grossesse fut compliqué…mais bon voilà….et s’en sont suivis les hashtags #novembrette2015 & cie et par la j’ai découvert d’autres mamans et futurs novembrettes (femmes enceintes dont la date prévue d’accouchement était prévue en novembre) mais pas que ! Et j’ai rapidement trouvé que c’était un univers rassurant, assez magique, parce que voilà même si j’avais une de mes amies enceinte en même temps que moi, on était pas si proche que ça (géographiquement) donc on arrivait à parler via whatsapp mais voilà besoin d’en parler encore et encore… plus on en parle et plus on peut faire face à ses craintes donc c’était vraiment top. Pouvoir échanger sous les posts de chacune, sur des questions diverses et des craintes qu’on a depuis le premier jour de notre grossesse ben mine de rien c’est précieux.

Ce fut également réconfortant sur les dernières semaines de grossesses où l’attente se fait longue, surtout quand c’est un premier enfant…et puis non, même je pense que c’est aussi long pour un deuxieme, voir plus j’en sais rien encore (oh ce joli lapsus) mais voilà c’était super drôle de voir les jours passer et de voir que telle fille avait accouché et que toi c’était bientôt ton tour sans savoir quand exactement. Donc t’es content mais pas mal frustré…mais beaucoup de joie également. C’est bizarre de ressentir autant de joie pour des personnes qu’on ne connait pas et voilà c’est un sentiment qui se poursuit après notamment celles qu’on continue à suivre et avec qui on partage toujours nos joies et craintes de jeunes mamans et de jeunes parents, et dieu sait que ce n’est pas évident quand on a peur, quand il y’a les premiers rhumes de bébé quand…il y’a tout pleins de craintes qui passent enfin c’est vrai que c’est super compliqué…Mais moi je trouve que ça a été vraiment une expérience positive il y’a toujours des instamoms que je suis depuis, même si j’ai enlevé toutes les photos de ma fille et de grossesse et décidé de faire un compte insta plus tournée vers ma figure, que je n’aime pas forcément, mais justement je trouve que c’est un autre processus, ça fait partie d’une autre étape de ma vie et ça m’aide tout autant que ça m’a aidé pendant ma grossesse.

Même si il y’a eu un truc très bizarre que j’ai pu remarquer : de la malveillance de certaines mamans qui se permettent de faire des jugements sur d’autres et de façon assez brutale, et donc tu ne comprends pas trop ce qu’il se passe. Je n’ai jamais été prise a partie ou cible de ces choses là, peut-être parce que je n’ai pas beaucoup de followers et puis j’étais en profil privé…beaucoup de choses très très méchantes que je prenais très à cœur même pour des mamans que je ne connais pas dans la réalité mais que je suis et pour lesquelles j’ai vraiment de l’affection. Voilà ça c’est un côté très pénible ..ou alors il y’a des mamans qui, si tu oublies de liker une seule de leur photo, tu sens qu’elle te lance des piques, c’est jamais direct, elle sont toujours en train de se plaindre des autres mamans et tu sens un besoin de reconnaissance super malsain, qui se fait à travers l’image de leurs enfants et ça par contre c’est mort . Donc j’ai arrêté de suivre ces filles où je sentais qu’il y’ avait quelque chose qui n’allait pas à ce niveau là…

Mis à part ça j’en retiens vraiment que du positif et toutes ses mamans que je suis au quotidien…je ferai un autre podcast pour expliquer pourquoi c’est pas simple d’être un bisounours parce que je le suis assez ..mais voilà je suis vraiment contente d’avoir fait partie de cette communauté, de toujours en faire partie, c’est vrai que je ne suis plus de nouvelles mamans mais je garde le lien avec celles que je suis depuis un bout de temps maintenant, parce qu’ on développe des amitiés virtuelles, peut-être pas aussi poussées que certaines, qui se rencontrent, s’adorent, s’envoient des choses…mais au fond il y’ a de la bienveillance et je souhaite toujours le meilleure aux autres quoi!

Je crois que je tourne un peu en rond…mais en conclusion voilà ça a été un bon moyen de parler de choses, vider son sac, ne pas bassiner ses amis avec ça…pouvoir en parler, en parler, en parler parce que sinon c’est compliqué de passer de la vie de jeune femme à jeune maman…tu te sens comprise…beaucoup plus.

Voilà c’était mon premier podcast, pas très construit, mais je préfère être comme ça, dire les choses comme elles viennent voilà…soyez indulgents je vous en prie 😀 …j’essaierai de conserver le même format,10, 12 , 15 minutes merci de m’avoir écouter, merci de vos retours. Je vous fais des bisous et à bientôt !  »

Love.

Je ne suis pas qu’une mère, ne vous en déplaise.

mamma17

J’écris ce billet assez sereinement et parce que cette semaine (va savoir pourquoi !) j’ai eu une multitude de raison de crier « Mais je ne suis pas qu’une mère hein ! parles moi comme à la fille que tu as connu il y ‘a 2 ans »

Oui car en effectuant un petit retour en arrière, je me rends compte que depuis l’annonce de ma grossesse   il s’est passé quelque chose d’assez impressionnant à vrai dire : Bien avant que je puisse faire le process de tout ce qui arrivait, le regard des autres sur moi avait instantanément changé

A l’annonce il y a eu Ceux qui étaient sincérement ravis et émus, Ceux qui s’y attendait ( « bah oui c’est la suite logique des choses » -ah bon ?) donc qui s’en foutait un peu aussi  et Ceux qui ont été effondrés car d’après eux ils allaient perdre une amie (RIP moi alors ). J’ai été surprise de voir que les réactions que j’attendais de la part des uns étaient exprimées et ressenties par les autres. Mais à ce moment c’était scellé, j’étais, comme mes amis proches m’avaient rebaptisée « Big Mama ». Inutile de vous dire que lorsqu’on s’adressait à moi ce n’était que pour parler de ma grossesse or ce n’était pas une nécessité pour moi (j’avais un journal et une groupe de filles rencontrées sur les forums, c’était amplement suffisant) et que  je ne voulais surtout pas bassiner les gens avec mes histoires de nausées, décollement,flatulences et autre joies inhérentes au développement d’un fœtus dans mes entrailles.

Quand notre fille est née, et c’est toujours le cas aujourd’hui, les gens se sont mis  à penser à ma place, notamment sur mon emploi du temps.  Oui on suppose que je ne peux pas forcément me libérer pour aller faire la fête, dîner ou aller au ciné (faire des trucs où on est bien quoi !) . Il est vrai qu’il faut s’organiser MAIS je fais toujours autant la fête ( c’est vital!), il est vrai que j’écourte parfois car je veux retrouver mon bébé et aller la chercher dans son lit lorsqu’elle se réveille et il est vrai que je me plains pas mal puisque je ne peux pas cuver tranquillement mais que mon devoir est de changer des couches et nourrir mon Gremlins -qui décide d’être dans sa plus grande forme les lendemains de soirées de sa maman (« bah oui t’as passé une bonne soirée sans moi ? tu vas morfler mauvaise mère que tu es !!!! »)

Alors oui le fait d’être mère a changé beaucoup de chose mais je ne suis pas qu’une mère. Qu’on arrête de m’envoyer des articles flippants sur tous les poisons présents dans les articles de puériculture, nourriture pour bébé et vaccins, qu’on arrête de systématiquement me juger parce qu’une mère ne devrait ni fumer, ni boire, ni passer du temps sans penser à son enfant, ni mettre des vêtements courts, ni se maquiller ainsi, ni dire de gros mots ( Fuck off satan asshole !)…parce que bizarrement tout ça, le papa ne le vit absolument pas ! Je me demande comment ça se passe dans les familles homoparentales ou monoparentales avec papa solo car pour moi (dites moi si je me trompe) c’est vraiment un aspect intrinsèque aux familles hétéroparentales où les rôles des genres sont cloisonnés voir immuables et de ce fait on se retrouve enfermé dans des sortes de miroirs déformants. N’est-il pas étrange de savoir qu’on nous voit totalement différemment de celle/celui qu’on est ?

Et cela me fait penser à des amis qui sont tombées enceinte très jeunes, et qui m’expliquaient qu’elles avaient perdu beaucoup d’amis qui fuyaient car l’enfant représente pour beaucoup la fin des bons moments,les pleurs et les soucis (ce qui est faux!). Cet isolement leur a apporté beaucoup de souffrance et aujourd’hui alors que j’ai eu ma fille en même temps que certains de mes amis j’arrive à comprendre mais que très partiellement ce qu’elles ont ressenti car il y’ a mes amis pour qui ça n’est pas le moment ou pour qui ça ne le sera jamais.

Il faut changer le regard sur les mamans et finalement sur les femmes  car j’entends encore beaucoup trop de « Et toi c’est quand que tu fais le tien ? » à des amis qui sont soit en essai, soit qui n’en veulent pas, soit qui n’y pensent pas ! (Non à partir de 25 ans une femme n’y pense pas 24/24h). Mais il faut aussi d’un autre côté stopper les propos culpabilisants sur l’égoïsme présumé des gens qui veulent avoir un enfant, et de réduire les femmes qui en ont plusieurs de « poules pondeuses » voir de profiteuse du système qui ne pensent qu’aux allocations familiales…(just kill me now)

J’oubliais de vous dire que je suis un putain de bisounours qui attend sans doute qu’on arrête de se juger les uns les autres à longueur de journée….

Allez Peace mes loups.

Bébés Moches… Parlons-en !

Les-personnages-de-Shrek-4_momes_univers_large

Moches ou pas moches ?

Dans un billet précèdent je vous parlais de cette phrase récurrente que nous avons entendu lors de ma grossesse, sur le fait que notre bébé serait obligatoirement beau vu que c’était un bébé métisse.

Maintenant que notre fille est là, on entend plus rien…enfin si on entend beaucoup de choses à vrai dire  : « oh comme elle a beaucoup de cheveux », « elle a ton nez », « Oh elle ne ressemble pas à son père », « elle est vachement blanche, tu crois que sa peau va foncer ? Et ses cheveux sont vachement lisses est-ce qu’ils vont boucler ? »

Certaines personnes disent qu’elle est « mimi » ou même belle, mais c’est peut-être juste d’usage de dire ça, est-ce qu’ils le pensent vraiment ?  Certain ne disent carrément rien donc comme ça je pense qu’on est fixés !

Alors je me pose la question, comment réagir si on trouve un bébé moche ?

Doit -on dire que le bébé est « original » ? (n’est-ce donc pas un compliment ? 🙂 )

Certains n’hésitent pas à dire d’un bébé qu’il est moche et ils assument…mais jamais devant les parents! Non, non !  Devant les parents c’est des Oh! et des AH! d’admiration. Alors quand je dis que ce n’est pas très gentil on me répond « ah mais il faut être honnête tout de même ce n’est pas parce que c’est un bébé qu’il est forcément mignon »…

Si un bébé n’est pas mignon alors je me demande vraiment ce qui l’est ?

giphybugly

Je suis d’origine sénégalaise et j’ai le souvenir de ma grande tante qui à chaque fois qu’on lui présentait une bébé s’exclamait « héééé mais il est pas beau cet enfant » et souvent aussi au Sénégal lors des vacances j’ai été témoin de ces scènes de présentation. C’est culturel et c’est normal, mais je ne sais pas si les personnes le pensent vraiment.

Est-ce qu’on peut blâmer quelqu’un qui trouve un bébé moche ?

Non je ne pense pas, mais c’est assez représentatif de notre société où on passe notre temps a juger les gens et en tout premier lieu sur leur apparence et il faudrait vraiment se remettre en question parfois.

Personnellement et très sincérement, je n’arrive pas à trouver un bébé moche. Peut-être que je prends en compte toute la beauté de ces petits êtres fraichement arrivés dans ce monde hostile qui, contrairement aux adultes remplis de jugement et de  critique qui s’enlaidissent par leur égoïsme et leur vanité, sont emplis de douceur et de pureté.

Ma fille je ne la trouvais pas du tout photogénique. Sur les photos de maternité, elle était toute boursouflée et pas très jolie. Mais quand je la regardais, je la trouvais magnifique, je n’arrivais pas à capturer ce que je voyais alors je me suis dit bon je ne suis pas objective. Mais on nous a dit ensuite qu’effectivement elle n’avait rien à voir avec les photos. Maintenant elle est jolie sur les photos et en vrai (oui oui en toute objectivité 🙂 ) et puis on s’en fout finalement de ce que les autres pensent on l’aime et elle est épatante !

Il y’ a aussi la situation où les  parents ne trouvent pas leur bébé beau. C’est parfois lié à un désamour de sa propre personne ou alors un complexe physique que l’on arrive pas à surmonter mais là c’est plus profond, et effectivement il y’ a un danger à projeter sur son enfant un certains mal être. Parce qu’il s’agit de cela finalement, au delà de la beauté physique nous avons la responsabilité d’élever des enfants qui aient confiance en eux et qui se sentent bien dans leurs baskets !

Fait assez étrange :  Maintenant quand je regarde un bébé, je ne saurais expliquer comment et pourquoi, mais je retrouve chez eux quelque chose de ma fille et c’est encore plus touchant.

Qu’en pensez-vous ?