Série : Ryan Murphy, porte-parole des anti-conformistes « All monsters are human ».

ryanmurphy224_2

On a tous quelque chose en nous de Ryan Murphy, l’homme derrière les séries « Nip/Tuck », « Glee », « American Horror Story », « American Crime Story »et « Scream Queens ».

Toutes ces séries ont quelque chose en commun : Elles critiquent la société actuelle, notamment américaine en pointant ses divergences de différentes manières.

Par l’esthétisme des images à travers des décors souvent grandioses, des couleurs pastels, cette brillance effet latex ou  « plastic Barbie » et le sang omniprésent, Murphy traite de sujets en jouant avec la limite entre le réel et le rêve, la réalité et la fiction, la vérité et le mensonge,l’être et le paraître…

Ce que l’on peux identifier comme fil rouge de son œuvre c’est la souffrance des minorités, des personnes différentes, des gens imparfaits et  la poursuite d’un idéal plus ou moins accessible, qui nous prend en otage et génère des monstres.

La société crée ses propres monstres  en les poussant à entrer dans un moule…une distorsion de l’âme, une bataille constante à devoir choisir…entre des extrêmes, entre la vie et la mort…Eros et Thanatos…le sexe et la mort sont très présents dans ses séries, souvent liés.

Cette phrase de la Comtesse à Liz, dans la saison 5 d’American Horror Story résume absolument tout et me touche  particulièrement car j’en étais devenue malade à essayer d’être « quelqu’un de bien » et j’ai accepté il y’a quelques années mon « dark passenger » (Dexter reference but I’m no killer hein !!!)

tumblr_nxi8u4t1nw1u1b8jlo1_500.png

« Nous avons 2 côtés. Un que le monde a besoin de voir, conforme à ce qu’il attend de nous, et notre part d’ombre. Ignore là et ta vie ne sera que souffrance »

D’ailleurs en conservant d’une saison à l’autre et d’une série à l’autre, quasiment le même casting, il permet aux téléspectateurs de se concentrer sur l’histoire, de comprendre  l’essence même des personnages…en plus de nous faire tomber en amour de ces acteurs exceptionnels.

Une petite sélection de 10 images murphiesque :

1. Nip/ Tuck

Amour, Gloire et beauté…version hardcore !

1-1

2. American Horror Story « Motel » …beaucoup de références à « Shining » de Stanley Kubrick

Screen-Shot-2015-09-10-at-2.22.54-PM-630x411.png

3. Fabuleuse Lady Gaga, mère des monstres, dans American Horror Story « Motel »

ep1.png

4. American Horror Story « Coven »

coven-ep-305.jpg

5. American Horror Story « Asylum » (ma saison préférée et je pense celle de beaucoup de monde »)

american-horror-story-asylum-season-2-7-dark-cousin-angel-of-death-comes-for-grace-lizzie-brochere-frances-conroy-review-episode-guide-list.jpg

6. American Horror Story « Freak show »

rs_560x404-150716150336-AHS_Freak_Show_Jessica_Lange_Sarah_Paulson.jpg

7. Scream Queens

ScreamQueens_Pilot101-BloodOath_0184.jpg

8. Glee

glee_s06e13_still_3.jpg

9. American Crime Story « The People V. O.J Simpson »

acs

10. American Horror Story « Freak show »

anbass.jpg

Et juste je suis obligée d’ajouter une image de ces 2 acteurs remarquables…ils le sont tous ! mais quel jeu de Denis O’hare dans AHS Motel !

AHS_501_0331_hires1-1024x680.jpg

Film : « Bal Poussière » de Henri DUPARC (1988)

483944434

Je souhaite ouvrir le bal de mes billets- cinéma, par ce film !

Pourquoi ce choix me demandez vous ?

Car il fait parti  des films : que j’ai vu petite/ qui me fait penser à me parents/ qui me rend fière d’être d’origine africaine/ qui me rend nostalgique…

Ce film ivoirien est d’une grande modernité, drôle et aborde le thème de la polygamie et de la jeunesse africaine, en mettant en opposition la vie au village et la vie à la ville.

En deux mots : Un riche cultivateur au surnom bien comme on aime « demi-dieu » a 5 épouses mais en veut une 6e, il ne veut pas n’importe qui ! Une jeune femme qui revient de la ville, belle et désinvolte…il ne se doute pas de ce qui l’attend !!! TornardooooOOOO

Par ailleurs, c’est grâce à ce film que je me suis décidée sur le sujet de mon premier mémoire « Le cinéma de l’Afrique francophone subsaharienne ».

J’ai pu acquérir le DVD à la Médiathèque des 3 mondes quand c’était ouvert.Cet endroit c’était le bonheur ! J’y allais et j’étais heureuse, j’ai pu trouver de nombreux coffrets avec les premiers films africains, des films plus récent…bref j’ai découvert de nombreux talent du continent.

Venons -en à ce film, je ne souhaite pas en faire une critique mais je vous invite à le découvrir si vous en avez l’occasion !

Je vous conseille le site de vod africafilm.tv qui travaille en collaboration avec les réalisateurs ou les ayant-droit afin de leur verser une partie des bénéfices directement.

Le lien du film (4€ en location/ 8€ à l’achat , c’est clairement donner !!!! )

Et il possible qu’il soit diffusé sur Arte…la première fois que je l’ai vu (il y’a une quinzaine d’année c’était sur cette chaine et il est repassé plusieurs fois !)

Partagez vos avis sur ce chef-d’œuvre !

😉

 

 

La danse de la louve !

african queen dancing

J’aime la Danse avec un grand D !

Toutes les danses, de tous les continents, de tous les pays, de toutes les régions…

C’est pour cela que je n’ai jamais pu choisir un style, et suivre des cours.

D’ailleurs je pense que c’est un ressenti, chacun danse comme il veut!

Alors oui bien sûr, il y’ a des chorégraphies de toute beauté et c’est un art qui demande beaucoup de travail et d’investissement, mais pour moi c’est avant tout l’expression d’émotions, plus souvent la joie, mais j’ai déjà fondu en larmes alors que je dansais…

J’aime observer et me laisser porter…et j’ai la chance d’assister à des moments de grâce, notamment lors de mes vacances au Sénégal ou encore avec mes amis de différentes cultures, où nous communions et entrions presque en état de transe….(non je ne me drogue pas ! :p)

Danser tous les jours m’aide à me sentir moi-même… C’est assez inexprimable comme sentiment… en un mot : plénitude !

 [et même à 7 mois de grossesse je continue à danser ! et je ne supporte pas qu’on me dise « tu devrais faire gaffe » …d’ailleurs bébé adore quand je danse  ! Je ne fais pas de capoeira ou de breakdance non plus, hein ! ]