Podcast du Cœur #1 : LES INSTAMOMS !

Voilà ! Il est tout prêt mon premier podcast ! Quel exercice plaisant !!! Et bien j’espère que ce ne sera pas trop agaçant à écouter …sinon j’ai été sympa , la retranscription est juste après 😉 !

« Salut à vous qui m’écoutez ! Bienvenus sur ce premier podcast !

Alors je n’ai pas encore trouver de nom (entre temps si !) donc ce sera juste les podcasts de Cœur de louve… je vais essayer de ne pas être trop longue je sais que tout le monde à beaucoup de choses à faire, pas beaucoup de temps, on court, on court, on court…donc voilà c’est vraiment un moyen pour moi de partager des choses en live mais de ne pas le faire en vidéo, comme ça pas obligée de me maquiller …. là par exemple j’ai une gueule horrible, je suis absolument affreuse mais ça vous ne pouvez pas le voir donc c’est top.

Pour ce tout premier podcast j’aimerai parler des Instamoms : Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme désigne les mamans ou futurs mamans sur instagram. Je voulais un peu vous raconter comment j’en suis devenue une même, si c’est chiant et bizarre de dire cela et d’étiqueter les gens (cf .Je ne suis pas qu’une mère, ne vous en déplaise.) Loin de moi l’envie de critiquer mais juste envie de vous faire part de mon expérience.

Premièrement , j’ai commencé à utilisé Instagram vers 2013, bien avant de tomber enceinte…je partageais deux ou trois choses sans être particulièrement active quotidiennement. Mais avant de tomber enceinte je passais beaucoup de temps sur les forums pour justement discuter avec de personnes qui partageaient un petit peu les mêmes questionnement…d’ailleurs cela avait commencé avec mon contraceptif, le stérilet Mirena, avec lequel je rencontrais quelques problèmes… donc je parlais avec des jeunes filles à ce sujet. Puis quand le désir d’enfant à commencé à se faire présent, j’ai quand même pu en discuter avec des jeunes femmes sur doctissimo et cela m’a beaucoup aidé à formuler certaines choses que je ne pouvais pas forcément formuler à mes amis, qui n’en étaient pas forcément là. Et en fait c’est assez simple de dire des choses assez librement à des gens qu’on ne connaît pas c’est même beaucoup plus simple , ce qui est très étrange…

Voilà comment j’ai commencé à parler avec un groupe de cinq filles sur doctissimo puis nous sommes passées sur facebook puisqu’on a découvert qu’une des filles nous mentait, pas du tout enceinte, ni de véritable désir de l’être , on s’est même posé la question de savoir si c’était un homme!). Et quand je suis tombée enceinte et que ça a commencé à se voir, c’est vrai que j’ai eu envie de le montrer. Je me souviens de cette première photo sur instagram, je devais être enceinte de 4 mois avec mon tout petit bidon…d’ailleurs certaines personnes ont appris ma grossesse comme ça …parce que je ne savais pas comment l’annoncer…surtout que le début de grossesse fut compliqué…mais bon voilà….et s’en sont suivis les hashtags #novembrette2015 & cie et par la j’ai découvert d’autres mamans et futurs novembrettes (femmes enceintes dont la date prévue d’accouchement était prévue en novembre) mais pas que ! Et j’ai rapidement trouvé que c’était un univers rassurant, assez magique, parce que voilà même si j’avais une de mes amies enceinte en même temps que moi, on était pas si proche que ça (géographiquement) donc on arrivait à parler via whatsapp mais voilà besoin d’en parler encore et encore… plus on en parle et plus on peut faire face à ses craintes donc c’était vraiment top. Pouvoir échanger sous les posts de chacune, sur des questions diverses et des craintes qu’on a depuis le premier jour de notre grossesse ben mine de rien c’est précieux.

Ce fut également réconfortant sur les dernières semaines de grossesses où l’attente se fait longue, surtout quand c’est un premier enfant…et puis non, même je pense que c’est aussi long pour un deuxieme, voir plus j’en sais rien encore (oh ce joli lapsus) mais voilà c’était super drôle de voir les jours passer et de voir que telle fille avait accouché et que toi c’était bientôt ton tour sans savoir quand exactement. Donc t’es content mais pas mal frustré…mais beaucoup de joie également. C’est bizarre de ressentir autant de joie pour des personnes qu’on ne connait pas et voilà c’est un sentiment qui se poursuit après notamment celles qu’on continue à suivre et avec qui on partage toujours nos joies et craintes de jeunes mamans et de jeunes parents, et dieu sait que ce n’est pas évident quand on a peur, quand il y’a les premiers rhumes de bébé quand…il y’a tout pleins de craintes qui passent enfin c’est vrai que c’est super compliqué…Mais moi je trouve que ça a été vraiment une expérience positive il y’a toujours des instamoms que je suis depuis, même si j’ai enlevé toutes les photos de ma fille et de grossesse et décidé de faire un compte insta plus tournée vers ma figure, que je n’aime pas forcément, mais justement je trouve que c’est un autre processus, ça fait partie d’une autre étape de ma vie et ça m’aide tout autant que ça m’a aidé pendant ma grossesse.

Même si il y’a eu un truc très bizarre que j’ai pu remarquer : de la malveillance de certaines mamans qui se permettent de faire des jugements sur d’autres et de façon assez brutale, et donc tu ne comprends pas trop ce qu’il se passe. Je n’ai jamais été prise a partie ou cible de ces choses là, peut-être parce que je n’ai pas beaucoup de followers et puis j’étais en profil privé…beaucoup de choses très très méchantes que je prenais très à cœur même pour des mamans que je ne connais pas dans la réalité mais que je suis et pour lesquelles j’ai vraiment de l’affection. Voilà ça c’est un côté très pénible ..ou alors il y’a des mamans qui, si tu oublies de liker une seule de leur photo, tu sens qu’elle te lance des piques, c’est jamais direct, elle sont toujours en train de se plaindre des autres mamans et tu sens un besoin de reconnaissance super malsain, qui se fait à travers l’image de leurs enfants et ça par contre c’est mort . Donc j’ai arrêté de suivre ces filles où je sentais qu’il y’ avait quelque chose qui n’allait pas à ce niveau là…

Mis à part ça j’en retiens vraiment que du positif et toutes ses mamans que je suis au quotidien…je ferai un autre podcast pour expliquer pourquoi c’est pas simple d’être un bisounours parce que je le suis assez ..mais voilà je suis vraiment contente d’avoir fait partie de cette communauté, de toujours en faire partie, c’est vrai que je ne suis plus de nouvelles mamans mais je garde le lien avec celles que je suis depuis un bout de temps maintenant, parce qu’ on développe des amitiés virtuelles, peut-être pas aussi poussées que certaines, qui se rencontrent, s’adorent, s’envoient des choses…mais au fond il y’ a de la bienveillance et je souhaite toujours le meilleure aux autres quoi!

Je crois que je tourne un peu en rond…mais en conclusion voilà ça a été un bon moyen de parler de choses, vider son sac, ne pas bassiner ses amis avec ça…pouvoir en parler, en parler, en parler parce que sinon c’est compliqué de passer de la vie de jeune femme à jeune maman…tu te sens comprise…beaucoup plus.

Voilà c’était mon premier podcast, pas très construit, mais je préfère être comme ça, dire les choses comme elles viennent voilà…soyez indulgents je vous en prie 😀 …j’essaierai de conserver le même format,10, 12 , 15 minutes merci de m’avoir écouter, merci de vos retours. Je vous fais des bisous et à bientôt !  »

Love.

Publicités

De vous à moi (n°1) : Tatoo or not tatoo ?

Ici je souhaite partager vos histoires en toute sincérité car elles m’intéressent et ce blog est aussi le vôtre.

Ainsi je débute une  série de témoignages autour de différents sujets.

La première série abordera le thème du tatouage car ce qui est intéressant au delà du tatouage en lui même, c’est le cheminement singulier et perpétuel de cette démarche. Que vous ayez franchi le pas …ou pas, venez partager votre histoire, n’hésitez pas à m’écrire à l’adresse suivante et à partager autour de vous : ecrireacoeurdelouve@gmail.com .

Je tiens à remercier chaleureusement Debby qui partage avec nous l’histoire de ses tatouages ! ❤

« Depuis toute petite j’ai toujours su que je me ferai tatouer, et pas qu’une fois! 
Je crois que ça a du commencer grâce a ma tatie qui avait son signe astrologique tatoué sur l’épaule (un scorpion que j’appelais la crevette ) et qui me fascinait… ensuite le grand dragon dans le dos de Shiryu, le beau brun aux cheveux long des Chevaliers du Zodiaque, a continuer à alimenter mon intérêt de ces dessins dans la peau!
shiryu

Hey BG !

Je voulais évidemment moi aussi un méga dragon dans le dos!!! J’adorais le fait que ce tatouage ait un sens particulier (le fait qu’il représente la vie du personnage, et qu’il disparaisse quand il s’approche de la mort). 
J’ai suivi avec passion le parcours de mon  papi quand il a décidé de se faire tatouer un aigle sur l’épaule, et a partir de ce moment la j’ai réellement commencer a créer mes propres tattoos, non seulement au niveau graphique mais aussi au niveau de la signification.
A 19 ans, après 3 ans de travail ( mes cahiers de cours s’en souviennent encore) je me suis enfin fait tatouer la cuisse ma clé de sol avec la rose enroulée autour.
cle-debby_gf
Expression de mon amour de la musique qui m’avait bien aidé a surmonter les difficultés de la vie d’ado, voire même de la vie tout court. Je l’ai fait sur la cuisse vu que c’est l’endroit qui soutient tout le corps (aussi parce que c’est la ou il y avait le plus de place hein!). Un grand jour ! Cela a pris a peu près 1h30 et c’était geniaaaaaaaaal ! La douleur était minime c’était un vrai plaisir au final ! 
Et je confirme du coup la rumeur qui dit que dès que l’on commence. .. Ça devient une addiction!
Six mois plus tard, je me faisais tatouer la phrase tirée du film Moulin Rouge : « the greatest thing you’ll ever learn is just to love and be loved in return » par une amie qui se lançait dans le tatouage. Peut être pas la meilleure des idées car malgré le fait que je fasse très attention aux détails,  elle a réussi faire une faute d’orthographe. .. je le ferai corriger un jour…mais j’attends l’inspiration. Mais même si il n’est pas parfait, je l’aime quand même beaucoup, il représente un petit peu ma façon de voir la vie !
Deux mois après j’avais de nouveau rendez vous chez Biotek a Toulouse pour me refaire tatouer un lettrage sur l’épaule par le même tatoueur qui a réalisé le premier. Bizarrement ce tattoo là est celui qui a le sens le moins évident je trouve. J’ai donc tatoué sur mon épaule : « kiss here » tout simplement. Ce tatouage provoque pas mal de réactions, le plus souvent par les lourdeaux de service, mais je me demande si je ne l’ai pas fait par esprit de provocation justement… car ce tattoo situé à cet endroit pour exprimer que ce que l’on voit aux premiers abords n’est pas forcément à prendre au premier degré. Je réponds souvent aux lourdingues qui s’approchent trop près que ce n’est pas parce qu’il y a une invitation sur la table qu’elle est a leur nom.
Ce tattoo représente cela, et le fait que malgré tout ce que l’on voit d’une personne, c’est lorsqu’on apprend à la connaître que l’on comprend mieux ce qui saute aux yeux au premier regard . 
Après la looongue période d’abstinence due à ma grossesse, j’ai enfin pu me relancer sous les aiguilles et me procurer la dose d’encre qui me manquait  ( bah oui… on dit qu’il faut six mois au surplus d’encre pour être évacué du sang) et c’est encore une fois un ami tatoueur en devenir (qui fait un super travail) qui a eu la charge de piquer mon mollet pour y graver un pistolet de pirate. Ce tatouage représente assez bien mon caractère : beaucoup de gueule, mais pas bien méchante et qui ne mord qu’en cas d’extrême nécessité. Ce tattoo est un peu ma petite protection, mon petit côté superstitieux. 
debby gun_GF.jpg

Un petit côté Guns N’ Roses !

Beaucoup de personne ont critiqué celui ci, bien qu’il soit exactement comme je le voulais, les gens se permettront toujours de venir juger en fonction de leurs propres attentes, car elles ne le trouvent pas assez rempli, pas fini, pas assez précis…
Les avis sur mes bébés  n’ont aucune importance pour moi heureusement, mais il fallait s’y attendre! Quoi qu’il en soit je suis très contente de chacun de mes tatouages malgré leurs petites imperfections  ils font partis de mon histoire, ce sont de super expériences que je ne regrette en aucun cas et que je vais réitérer autant que possible! 
Le tatouage pour moi c’est un vrai mode d’expression avec le meilleur matériau possible : son propre corps. On a tous un rapport différent au corps et j’avoue que j’ai toujours eu des rapports conflictuels avec le mien, les tatouages ont du coup été une sorte de booster. J’ai appris a mieux l’aimer, a l’accepter et a bien mieux le traiter aussi. Une vrai thérapie ! Une thérapie qui passe par l’art… Si c’est pas beau ça !  »